Culture

Bernadette Lafont est morte

Temps de lecture : 2 min

Bernadette Lafont au Festival de Cannes en mai 2007. REUTERS/Victor Tonelli
Bernadette Lafont au Festival de Cannes en mai 2007. REUTERS/Victor Tonelli

Bernadette Lafont est morte. L'actrice, qui était née en 1938, avait été hospitalisée lundi après un malaise, dans le Gard. Son décès a été annoncé ce jeudi 25 juillet.

Pour les plus jeunes générations elle était cette dame de plus de 70 ans, à la voix sensuelle et grave qui continuait d'enchaîner les rôles sans voir les années passer. Pour les générations un peu plus anciennes, elle était tout un monde. Celui de la Nouvelle Vague.

En 1957, elle avait 18 ans. Sa crinière à l'époque était brune, et déjà elle avait cette voix si particulière. Elle la prêtait à son premier personnage, pour le premier film de Truffaut: Les Mistons.

Elle ne ressemblait pas aux actrices en vogue. «J'étais brune, avec un nez pas vraiment minuscule, un type méditerranéen. Des producteurs voulaient m'éclaircir les cheveux, me refaire un peu le visage... J'ai toujours refusé», a-t-elle raconté bien plus tard. Mais «les Chabrol, Truffaut et compagnie s'arrangeaient bien de [s]on naturel».

Ce naturel, elle le fit jouer devant d'innombrables caméras. Devant celle de Claude Chabrol pour Le Beau Serge, celle de Nelly Kaplan pour La Fiancée du Pirate. De Truffaut encore pour Une belle Fille comme moi et de Jean Eustache pour La maman et la putain.

Tous les spectateurs français peuvent avoir un souvenir de Bernadette Lafont, car elle joua sur les planches et au cinéma, dans des films exigeants et grand public, et aussi bien à la télévision.

Newsletters

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

Dans un documentaire sonore produit par Binge Audio, Tristan Thil exhume des archives poignantes.

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Directement sorti sur Netflix, le nouveau film du réalisateur de «Bienvenue chez les Ch'tis» se distingue avant tout par son sens de la blague éculée. Tout ça pour ça.

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio