« article précédent

article suivant »

La vraie recette du bon clash sur Marmiton

LE LOISIR FRANÇAIS - S'il y a bien un loisir français, c'est la cuisine. S'il y a bien un plat à réussir sur Internet, c'est le clash. Mesdames, Messieurs: tous les ingrédients sont dans cet article.

i iz in ur cooka / I Can Has Cheezburger?

Cher lecteur, il m'aurait été impossible de traiter de manière exhaustive la notion vaste et ensoleillée du loisir français, thème de cette rubrique depuis plusieurs semaines, sans que nous nous intéressions l'espace d'une chronique à la cuisine et la gastronomie en France.

Une passion française. Un hobby, un art de vivre, un motif de rupture, parfois. Un plaisir avant tout. Un partage.

Et l'arrivée d'Internet et des réseaux sociaux n'a fait qu'accentuer ce partage, car, désormais, nous pouvons nous régaler d'un plat sans avoir à le faire goûter à notre entourage: il suffit de lui mettre sous le nez, à tout moment de la journée, une photo dudit plat. Ce qui était inenvisageable avant qu'Internet n'existe. Il est très rarement arrivé que nos parents ramènent chez des amis des albums photo de leurs meilleurs plats de la semaine, en leur demandant, plat après plat, de se prononcer sur leur appréciation ou non de la photo.

Les Jacquie et Michel du foodporn amateur

Toute personne fréquentant un tant soit peu les Internets et les réseaux sociaux, Twitter, instagram, etc, aura assisté, silencieusement collaboré ou contribué au déballage visuel de nos meilleurs plats, qu'ils soient fait maison ou servis au restau, exhibition sensuelle et opulente résumée depuis quelques années par l'expression «food porn».

Sur ces réseaux sociaux, vous aurez vu défiler autant de plats emblématiques qu'il existe de tags pornos, de véritables territoires culinaires et communautaires: pour les usagers les plus hipsters, cela ira du bento aux cupcakes sous tous leurs angles, en n'oubliant pas bien sûr depuis deux ou trois ans les «hamburgers parisiens».

Rappel pour nos lecteurs, un «hamburger parisien» est un hamburger normal servi dans un endroit où l'on doit faire la queue (food truck ou restaurant à 5 couverts), et où l'assiette est remplacée par du papier de boucherie ou une planche en bois, afin de vous faire sentir l'espace d'un instant pour un trucker du Kentucky venant casser sa croûte pour 3 dollars. Sauf que le burger seul vous coûtera 12 euros et six instagrams. Et que vous êtes graphiste.

Cette passion du food, non cantonnée aux Internets mais généreusement arrosée dans le paysage audiovisuel par une multitude d'émissions de compétitions culinaires, inonde nos supermarchés de labels «top chef» sur nos boeufs charolais sous vide, notre champ lexical d'expressions inédites, et nos Internets de photographies, de géotags, de tags tout court et même de gifs.

Bien sûr, comme dans tout déballage, il y a excès, et pour continuer cette métaphore de l'industrie pornographique, vous n'êtes jamais à l'abri de tomber sur des photos pâlichotes de couples amateurs de 80 ans vêtus de latex et se faisant des choses très sales. Vous êtes content pour eux, mais vous n'aviez pas besoin de voir ça.

Certains cuisiniers un peu trop enthousiastes imposent ainsi une vision de la cuisine dont la consultation confine au supplice.

Des tumblrs spécialisés, comme Amateur food porn has got to stop, ou le glaçant Food mourn, compilent les pires plats postés par les internautes. A visiter en ayant l'estomac solidement accroché.

Multigénérationnelle, hédoniste, simple et sophistiquée, qu'elle soit talentueuse ou nulle, cette communauté des passionnés de cuisine en France  a un repaire, un coeur qui bat sur l'Internet Français: le site Marmiton.org.

Un sondage Ipsos révélait en janvier 2012 que seuls 11% des Français reconnaissent ne savoir «rien cuisiner ou presque» –il y a donc beaucoup de gens parmi les 89% de Français en plein déni, et certains d'entre eux sont sûrement sur Marmiton.

Marmiton: venez comme vous êtes

Je ne m'étendrai pas sur la description de Marmiton.org, que vous avez sûrement dû déjà visiter une fois dans votre vie ne serait-ce que pour obtenir la recette d'une génoise, de la même manière que vous êtes sûrement allé sur Doctissimo un jour pour estimer en toute indépendance et très sereinement la gravité d'une de vos boules au cou.

Marmiton, c'est la France de la cuisine dans toute sa diversité, mélangeant cordons bleus et ignares de la fourchette, visiteurs expéditifs et communautés bien ancrées, tataki de thon et kouglofs.

Ou, si vous voulez une autre image, le skate park le plus démocratique au monde, où des experts enfilent peperlito des Ollie 720 tandis que d'autres font du tricycle nus, car c'est comme cela qu'ils aiment le skate.

C'est le charme de Marmiton: l'assurance d'y trouver probablement les meilleures recettes en langue française sur Internet, et peut-être les pires, grâce à la diversité extraordinaire de ses utilisateurs.

De cette diversité, on peut tout de même distinguer deux grandes familles: les freestylers et les puristes. Un contraste brillamment résumé par le twitto @zefede qui alors décrivait de manière plus large la cuisine sur Internet:

C'est effectivement avec beaucoup d'admiration que l'on constate la grande inventivité de certains Français vis-à-vis de la cuisine, doublée d'une absence de complexe assez jubilatoire: la cuisine, c'est le plaisir, faisons fi des diktats!

Un tumblr hilarant, Je commente sur Marmiton, recueille les substitutions et inventions  les plus farfelues de marmitonautes inspirés, du taboulé à la japonaise au remplacement de la cardamome par du yaourt.

 

La rencontre frontale entre puristes et freestylers dans les forums du site donne-t-elle lieu à des clashs?

Christophe Duhamel, co-fondateur et boss du site marmiton.org, en limite l'importance, à mon grand désarroi:

«Les clashes culinaires sont rares dans l'absolu, du fait du côté convivial et bisounoursesque du sujet... Néanmoins, les principales occasions de controverses sont le caractère "vrai" ou non de certains plats: le gratin dauphinois, la paëlla, la salade niçoise (...) En 2002/2003, j'avais l'impression de gérer une cour d'école. Maintenant, les participants sont rompus aux usages du Net et ne tombent plus dans les principaux pièges.»

Cet aveu n'allait pas me décourager. Pendant une semaine, par un pointilleux travail de recherche dans les archives du forum marmiton, j'ai pu découvrir quelques zones de tensions, mais pas pour les raisons que l'on croit.

A mon grand regret, le forum marmiton est avant tout un forum.

Si puristes et freestylers coexistent sans trop se dépecer, une autre scission demeure sur Marmiton: le noyau dur des utilisateurs chevronnés, intervenant sur les forums quotidiennement depuis 2010, et le reste du monde, vous, moi, nous rendant de temps en temps sur Marmiton pour se souvenir s'il y a du jambonneau dans la carbonara.

Et paradoxalement, quand le clash survient entre marmitonautes pure souche et visiteurs de passage, cela concerne non pas la cuisine en elle-même (où nul n'est maître en son royaume), mais... le respect des règles du forum, politesse, courtoisie, choix de rubrique, qui est le dernier souci des nouveaux venus, visitant souvent les threads les mains pleines de pâte, ou à dix minutes d'un repas de quarante personnes.

Christophe Duhamel:

«C'est ce qu'on appelle le "canal historique", qui s'enrichit régulièrement de nouvelles recrues. J'ai eu droit en 2004 à une "pétition" des "anciennes" contre les "nouvelles". Le seul moyen de régler ce genre de choses est d'avoir des règles très strictes et de les rappeler régulièrement. Ce que nous faisons!»

TUTUTUT! En bon journaliste amateur, j'étais parvenu à mon but en toute mauvaise foi: démontrer que sur Marmiton, probablement l'endroit le moins grave au monde, des gens s'énervent.

Mesdames et messieurs: La France.

Ayant donc compilé quelques-unes de mes trouvailles, j'ai le plaisir de vous présenter:

Les 10 façons de chercher le clash sur les forums Marmiton

1. Demander la recette de la brioche

La violence des réactions me parait un chouïa disproportionnée pour une demande de recette de brioche.

A noter le glaçant respect/clash final de nadinette, de type: tu es peut-être inexpérimentée et excusable, mais dans le doute, nous avons appelé la sécurité.

2. Donner un avis honnête sur les photos

3. Etre désagréable tout court

3. Oser se nommer sauceline et mal noter les plats

5. Blaguer sur les grenouilles

6. Oser demander une idée de recette à l'arrache

Wow, WOW. ES-TU INCONSCIENTE LOLIJ0578 DE DEMANDER DES IDÉES DE RECETTE SUR LE FORUM MARMITON? TU VEUX MOURIR?

7. Dire «Et toc!» à une Belge

8. Etre nouveau et agresser Cri-cri, Dirda et Manu pour une blague sur Funambuline

A titre perso, je ne me permettrai jamais de critiquer cri-cri ou funambuline.

9. Prendre le forum pour un chat (hallu)

Boum.

10. Ne pas dire les mots magiques

Elle est pas foutue ma France!

Elle est gourmande, foutraque, susceptible, rajoute parfois un peu trop de crème fraîche ou de beurre, mais c'est comme ça qu'on l'aime. Et tant qu'elle sera émaillée de cette fièvre et de ces excès, la cuisine restera le plus passionné, exhibitionniste et chaleureux des loisirs français.

Henry Michel

4 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte