Culture

Exceptionnel: écoutez la voix et rien que la voix de David Bowie pour «Ziggy Stardust»

Temps de lecture : 2 min

Bowie en concert à Chicago, le 8 août 2002. Adam Bielawski via Wikimedia Commons.
Bowie en concert à Chicago, le 8 août 2002. Adam Bielawski via Wikimedia Commons.

Le mois dernier, les pistes voix de David Bowie et Freddie Mercury pour le morceau Under Pressure se sont propagées de manière virale sur le web, et pour une bonne raison: la puissance de leurs performances vocales, entendues isolées, est bouleversante.

Aujourd’hui, grâce à studebaker, un utilisateur de Soundclound, nous avons accès à certaines des pistes voix de Bowie pour ce qui est probablement son plus grand classique, Ziggy Stardust ou The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars.

Sur Starman, le plus célèbre des deux morceaux, entendre Bowie s’harmoniser avec sa propre voix pour le refrain (1:05 environ) n’a pas de prix.

Mais la piste voix isolée de Five Years, l’apocalyptique morceau d’ouverture de l’album, est plus impressionnante encore. Dans les paroles, le narrateur découvre qu’il ne reste au monde que cinq ans à vivre, et à la fin du morceau, Bowie semble hurler pour sa propre vie.

Forrest Wickman

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Traduit par Margaux Leridon

Newsletters

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

Le nouveau film d'Yvan Attal raconte une affaire éprouvante à travers plusieurs points de vue, invitant tous les hommes à réfléchir.

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio