Culture

Fan des Lego, il est viré de Legoland parce qu'il est venu sans enfant

Temps de lecture : 2 min

Construction Lego en 2009 à Tokyo. REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Construction Lego en 2009 à Tokyo. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

C'est l'histoire triste du jour. Celle de John St-Onge. John St-Onge est un grand fan de Lego®. Selon CTVNews, ce Canadien habitant Windsor, dans la province canadienne de l'Ontario, a découvert les fameuses briques grâce à ses enfants. Aujourd'hui il a 63 ans et la passion ne l'a toujours pas quitté.

Selon Gawker et CTVNews, John St-Onge a toujours rêvé d'aller à Legoland, ce parc d'attractions entièrement dédié au jeu de construction. Hélas, cet Eden se trouve au Danemark (le site officiel propose une mini-carte interactive) et des problèmes de santé empêchent John de s'y rendre. Alors, il décide d'aller réaliser son rêve au Legoland Discovery Centre de Toronto à Vaughan Mills, avec sa fille Nicole. Mais le voyage ne se passe pas comme prévu, raconte CTVNews.

«"Ils ne voulaient pas nous laisser rentrer alors nous avons demandé à voir le manager", explique Nicole [St-Onge]. "Après cinq minutes, l'employé revient et nous dit que le manager est trop occupé pour nous voir, mais que c'est leur politique, ils ne peuvent pas nous laisser rentrer sans un enfant et il n'y a rien qui puisse changer ça."»

Cette règle est en effet clairement exprimée sur le site officiel, comme vous pouvez le voir sur cette capture d'écran.

«Les adultes doivent être accompagnés par un enfant pour visiter le LEGOLAND Discovery Centre»

Une responsables du centre interrogée par CTV a par la suite regretté que les choses se soient passées ainsi, une autre solution aurait selon elle pu être envisagée. Le fanatique aux plus de 50.000 pièces de Lego et quelque 75 kits complets est reparti bredouille, lui qui a par exemple construit avec passion une réplique du Faucon Millenium (fameux vaisseau de Han Solo dans Star Wars). Nicole exlique à CTV:

«J'étais brisée. Mon père a 63 ans, il était dévasté. Il avait le regard d'un enfant qui n'a pas reçu le cadeau qu'il voulait à Noël. Il s'est senti discriminé parce qu'il est un citoyen âgé qui aime les Lego.»

Une histoire qui ramène au dilemme des parcs d'attraction pour les adultes, ou pour plus jeunes qui désirent y aller seuls (à DisneyWorld c'est impossible pour les moins de 14 ans depuis mars 2013). Des questions existentielles sur les forums, comme «aller seule à Disneyland en décembre» à l'assumé «Aller seul à Disneyland - Faites-le !» qui livre les bons conseils:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Un dernier mot d'encouragement avant que vous décidiez si y aller seul est pour vous, personne ne sait que vous êtes seul tant que vous ne le dites pas.»

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio