Science & santéCulture

Machines à sous: comment elles rendent accros

Florian Reynaud, mis à jour le 08.07.2013 à 12 h 11

Machine à sous soviet par tangi bertin via FlickrCC License by

Machine à sous soviet par tangi bertin via FlickrCC License by

On connaissait les slogans dignes des meilleurs forains. «100% des gagnants ont tenté leur chance», et le quidam mord à l'hameçon. Des scientifiques viennent de mettre au jour un autre mécanisme des machines à sous. Selon une étude parue sur Springer, les sons des célèbres machines arrivent à pousser le joueur à sans cesse remiser, rapporte le Washington Post.

L'étude a été conduite par six chercheurs pour le Journal of Gambling Studies. La vraie force des machines à sous vient des sons qui incitent sans-cesse le joueur à poursuivre la partie, à miser à nouveau.

«Les effets sonores jubilatoires qui sont toujours liés aux victoires ou aux pertes partielles –Dixon [l'un des chercheurs] les nomme “pertes déguisées en gains”– agissent comment des stimuli positifs qui peuvent fausser notre perception de l'argent dépensé.»

Concrètement, les scientifiques ont développé une machine à sous virtuelle et sélectionné 96 parieurs pour participer à l'expérience, ceux-ci ont joué des séries de parties avec effets sonores et d'autres séries sans. Les machines ont été programmées pour ne laisser les joueurs gagner qu'un certain nombre de fois sur un total limité de parties. A la fin de chaque session, on a entre autres demandé aux participants leur nombre de victoires, ou s'ils avaient trouvé la partie plaisante. On relevait également leur rythme cardiaque durant les sessions.

Parmi les conclusions des chercheurs:

«La grande majorité des joueurs testés ont préféré les sessions de jeu où les victoires étaient accompagnées d'effets sonores. Cela suggère que non seulement les sons rendent les sessions plus dynamiques, mais également que les joueurs apprécient ce dynamisme.»

Les développeurs ont également intégré un nombre précis pour chaque session de «fausses victoires».

«Les machines à sous comprenant plusieurs lignes et différentes mises ont créé un type spécifique de défaite que certains joueurs catégorisent comme des victoires.»

En effet, lorsque le joueur peut augmenter sa mise (pour maximiser ses chances), alors il peut parfois gagner moins que ce qu'il a misé, c'est une perte déguisée en gain. De manière générale, les joueurs ont surestimé leur nombre de victoires, mais cette surestimation s'est avérée plus forte pour les sessions avec effets sonores.

Au-delà de ces astuces des casinos et constructeurs, l'addiction au jeu reste une réelle maladie qui requiert un accompagnement et des soins appropriés.

En France, les machines à sous sont légalisées dans les casinos en 1987. Selon Pierre Piazza, maître de conférences en science politique à l'université de Cergy-Pontoise, elles reviennent souvent dans les problèmes d'addiction.

«En effet, sur les 1.274 demandes d’aide enregistrées par “SOS joueurs” en 2002, près des deux tiers concernaient une dépendance vis-à-vis de ce type de jeu. Une proportion qui, en 2006, ne semble pas avoir varié si l’on s’en tient à ses déclarations: “Plus de 66% des demandes d’aide concernent les machines à sous, 23% les PMU et 16 % les Rapido”[selon la psychologue Armelle Achour-Gaillard de l'association “SOS joueurs”].»

Florian Reynaud
Florian Reynaud (87 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte