Culture

Le grand ras-le-bol des graphistes français

Temps de lecture : 2 min

Espace public saturé d’une publicité accablante de pauvreté visuelle, absence manifeste de culture graphique chez les citoyens, commande publique privilégiant l’efficacité économique sur la créativité… La liste de griefs énoncés par les graphistes signataires de la lettre ouverte «Partager le regard», explicitée dans Télérama par les commentaires de professionnels, charge sans ménagement les pouvoirs publics, désignés comme les principaux responsables d’une situation délétère.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ce sont eux, en effet, qui s’obstinent à sous-payer les ateliers de graphistes, à exiger des avant-projets là où de simples devis suffiraient, bien sûr sans indemniser les designers non retenus, et à rechercher à tous prix des «images sexy», au détriment de l’innovation. Cette conception du graphisme comme un art mineur, strictement utilitaire, se retrouve au niveau des institutions culturelles françaises, qui refusent de lui laisser la place qu’il mérite dans les musées, contribuant à former des citoyens graphiquement incultes… qui seront plus tard les premiers à commander des affiches «sexy» et de visuels «efficaces». Une situation bien partie pour durer donc, si personne ne se décide à agir.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio