Tech & internet / Culture

Playstation 4: Sony se moque des DRM de Microsoft [VIDÉO]

Temps de lecture : 2 min

Andrew House présente la Playstation 4 à l'E3 2013 / REUTERS / David McNew
Andrew House présente la Playstation 4 à l'E3 2013 / REUTERS / David McNew

Un clash s'achève. La lutte entre Sony et Microsoft pour les promotions respectives de la Playstation 4 et de la Xbox One a trouvé son point d'orgue à l'Electronic Entertainment Expo (E3), qui s'est fini ce 11 juin, notamment avec la publication d'une vidéo.

Sony s'y moque de Microsoft et des restrictions mises au prêt et à la revente de jeux sur la future Xbox. Vue plus de 2 millions de fois en une journée, elle solde un E3 déjà en faveur du constructeur nippon.

Microsoft arrivait avec un passif à la conférence de l'E3.

Le cauchemar de la firme dirigée par Steve Ballmer a commencé en avril. Déjà, des rumeurs veulent que le console dispose d'un DRM permanent, autrement dit, que, pour fonctionner, la future Xbox se doit d'être connectée à Internet sans interruption. Adam Orth, alors directeur créatif chez Microsoft, s'étonne sur Twitter des plaintes des joueurs. S'ensuit un échange immédiatement capturé et partagé sur les réseaux sociaux. Microsoft s'excuse peu après et Adam Orth quitte son poste dans la foulée.

Les joueurs n'aiment pas les DRM. Les jeux nécessitant une connexion permanente à un serveur pour fonctionner sont de plus en plus nombreux, et les exemples catastrophiques de Sim City et Diablo III n'ont fait qu'alimenter les craintes du public.

Le 21 mai, c'est le drame à la conférence d'annonce de la Xbox One. Les premières conclusions parlent de non-compatibilité avec les jeux de l'ancienne console, mais surtout d'un système destiné à affaiblir le piratage mais aussi le marché de l'occasion, sur lequel les constructeurs ne peuvent gagner d'argent. Afin d'éviter le bad-buzz, Microsoft publie sur son site des précisions. Les restrictions sur les jeux sont atténuées mais la console nécessitera de se connecter régulièrement pour continuer à en profiter.

Florian Reynaud

Newsletters

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

De retour du Paris Podcast Festival

De retour du Paris Podcast Festival

Un épisode un peu spécial de l'Agenda du Loisir Français cette semaine. De retour de Paris, Henry Michel nous raconte son expérience du premier festival dédié au podcast natif, en présence de toute la grande famille du podcast français. Alors non,...

Des applications désinstallées continuent de vous traquer

Des applications désinstallées continuent de vous traquer

Pour vous demander de les réinstaller.

Newsletters