Culture / Culture

Prism booste les ventes de «1984», le classique de George Orwell, aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Nineteen Eighty-Four / Theis Kofoed Hjorth via FlickrCC License by
Nineteen Eighty-Four / Theis Kofoed Hjorth via FlickrCC License by

Les ventes du classique de George Orwell, 1984, grimpent depuis quelques jours sur le site de vente en ligne Amazon, rapporte le Washington Examiner.

Le lundi 10 juin en début d'après-midi (15h22, heure de New York) les ventes étaient en augmentation de 91%, plus tard dans la soirée (22h16, heure de New York) ce chiffre atteignait 126%.

Ce mardi 11 juin l'augmentation des vente atteint désormais 337%, ce qui place le classique orwellien à la 270e place au baromètre des ventes d'Amazon.

Capture d'écran du baromètre Amazon à 11h00, heure française.

Comment expliquer cette soudaine augmentation? Le site Breitbart suggère un effet «NSA» ou «Prism»:

«Le penchant de l'administration Obama à collecter des données est une aubaine pour les humoristes mais cela fait aussi le bonheur des héritiers de George Orwell. Le récit de mise en garde d'Orwell, 1984, le roman qui a introduit le terme Big Brother dans notre lexique, se vend comme des petits pains sur Amazon.com, en partie grâce aux gros titres récents sur la NSA et les écoutes nationales agressives.»

Rien de surprenant: le plus grand succès d'Orwell servait justement de mise en garde contre l'oppression et les régimes politiques tyranniques. «Big Brother» est devenu, depuis la parution du roman de science-fiction en 1949, une figure de référence pour parler de système de surveillance généralisée.

C. S-G

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters