Culture / Culture

Pourquoi les gens téléchargent (et ce qu'Aurélie Filippetti devrait comprendre de la culture sur Internet)

Temps de lecture : 2 min

BitTorrent Download/nrkbeta via Flickr CC License By
BitTorrent Download/nrkbeta via Flickr CC License By

Redlist, site belge d'agrégateurs de liens de séries, films, et jeux vidéo en «direct download» va fermer. Ou plus exactement il va arrêter de fournir des contenus illégaux. Le webmaster a fait l'objet d'une perquisition par la police du commerce. «Ça sert à rien de m'opposer à une décision de justice, je suis quand même pas fou», a-t-il expliqué sur son site.

Le coeur de ses utilisateurs saigne; ils ont laissé des centaines de commentaires. Sur son blog Affordance, l'enseignant-chercheur en sciences de l'information et de la communication Olivier Ertzscheid a décidé de les trier pour expliquer «les attentes des usagers sur les pratiques culturelles à l'heure du numérique». Un tri limpide.

Tous les commentaires montrent que le Web est loin de tuer la culture, simplement que l'accès à celle-ci est trop cher, que le téléchargement permet aux internautes de voir des films qui leur donnent ensuite envie d'aller au cinéma, d'acheter des DVD, que c'est une invitation à encore plus de culture, et payante. Que beaucoup seraient prêts à payer pour un certain accès à la culture si on leur donnait la possibilité d'accéder à des sites légaux aussi riches et foisonnants que les sites illégaux.

Surtout, Olivier Ertzscheid insiste sur le fait que ce type de sites permet de mêler les nouveautés culturelles et des oeuvres plus anciennes:

«Le web ne tuera pas la culture. Ni la musique. Ni le cinéma. Ni la littérature. Ni les libraires. Ni les 2BE3. Par contre le web a tué le temps. (...) Vous êtes anachroniques. Le web est a-chronologique. Le web est une uchronie. La première de toutes. Ça tombe plutôt bien pour une ministre de la Culture. Paraît que la culture traverse les siècles. Rendez-vous dans quelques-uns d'entre eux.»

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Même les cinéastes, qui soignent tant les costumes, semblent s'en désintéresser. Pourtant, la langue parlée par quelques grands acteurs de l'histoire a laissé des traces profondes.

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Dans son documentaire «Le Pigalle, une histoire populaire de Paris», David Dufresne revient sur l'époque où ce quartier n'avait pas encore subi le lissage de la gentrification.

Ces idées façonnées par le langage

Ces idées façonnées par le langage

Parce que les mots évoluent en même temps que les sujets qu'ils décrivent, ils reflètent la transformation des idées qui traversent la société.

Newsletters