Culture / Culture

Trailer est-il? «Viy 3D», l'art du blockbuster gothique à la russe

Temps de lecture : 2 min

Des stars de «X-Men» et «Game of Thrones» s'encanaillent dans un sous-Dracula russe en relief plutôt aguicheur.

L'indigestion soviétique - DR
L'indigestion soviétique - DR

Quand un camarade m'a confié avoir croisé à Cannes Uwe Boll, tantôt chouchou (quand il fait des films intéressants snobés par tous) tantôt tête de turc (quand ses films sont vraiment indéfendables, à l'image de son dernier) de cette rubrique, c'est tout naturellement que j'en ai déduit que le réalisateur de House of the Dead devait zoner au Marché du film pour vendre aux inconscients ses futures perlouzes.

D'après cet article du Hollywood Reporter dégoté via le Facebook d'Uwe Boll, on avait vu juste, sauf que le gaillard n'était pas seulement présent à Cannes pour teaser ses propres films, mais en tant que responsable, via sa société Event Films, des ventes à l'international du blockbuster russe Viy 3D, tiré d'une nouvelle fantastique (déjà adaptée en 1976) à base de vampires et de monstres des bois signée Nikolai Gogol.

Visiblement, c'est plutôt du côté de Bram Stoker que cette nouvelle adaptation friquée lorgne, à en juger par ses premières images évoquant aussi bien le Dracula version Coppola, l'univers gothique de Tim Burton, que l'affreux Van Helsing avec Hugh Jackman ou les films du Russe Timur Bekmanbetov (Day Watch).

Avec Jason Flemyng (X-Men: Le Commencement) et Charles Dance (Game of Thrones) au casting, le film a été majoritairement tourné en anglais, mais la bande-annonce qui suit est doublée en russe. Que la langue ne vous décourage pas: la fin du trailer réserve d'assez splendides moments de bravoure.

Une version anglophone plus ancienne (et moins appétissante) est toutefois visible sur YouTube. Actuellement en post-production, le film sortira via Universal en salles en Russie, probablement cet automne sur plus de 2.000 écrans, soit l'équivalent d'un blockbuster hollywoodien. On espère que Uwe Boll a, malgré sa réputation, gardé d'assez bons contacts avec des distributeurs français pour assurer au film une sortie salle par chez nous...

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

«Matrix», l'allégorie trans des Wachowski

«Matrix», l'allégorie trans des Wachowski

Matrix sortait il y a vingt ans et pas mal de gens n'y comprenaient rien. D'autres y voyaient déjà une métaphore trans, préfigurant le changement de genre des deux réalisatrices.

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Newsletters