Culture / Culture

Trailer est-il? «Paul Williams Still Alive», l'autre héros des Daft Punk

Temps de lecture : 2 min

Le documentaire sur le songwriter Paul Williams, l'idole des Daft Punk, est visible en VOD.

Saint Paul - DR
Saint Paul - DR

Pas plus tard qu'hier, j'écoutais enfin le dernier album de Daft Punk, Random Access Memories, pouvant ainsi me faire opinion sur la chose deux semaines après le commun des mortels (soit avec 97 ans de retard, en années Internet). Sans conchier la chose en intégralité, car on y trouve quelques perles, la présence de certains tubes en carton bien moisis empêche de crier au génie tout de même. Surtout quand, enivrés par leur liberté créatrice qu'on imagine royale, le duo s'auto-saborde en débutant un morceau par une intro insupportable de quasi deux minutes. Il est ici question du morceau Touch, featuring le grand –par le talent, pas par la taille– Paul Williams.

Affichant plus de 8 minutes au compteur, la chanson devrait, à en juger par les chiffres de ventes/écoutes de l'album, remettre Paul Williams sur le devant de la scène, voire l'introduire auprès d'un public ignorant tout de ce songwriter américain, capable de jouer/chanter pour De Palma (Phantom of the Paradise), d'écrire les paroles du générique de La Croisière s'amuse, d'être grimé en primate pour l'un des films Planète des Singes, de faire la BO d'un film Muppets, etc.

Sorti l'an dernier –mais pas en France– le documentaire Paul Williams Still Alive du réalisateur Stephen Kessler revisite la carrière incroyable du bonhomme, encore actif à 72 ans:

La bonne nouvelle, c'est que le film est disponible en VOD sans intermédiaire (et a priori sans souci de géorestriction) sur le site officiel du docu, en téléchargement définitif (format mp4 HD264) pour 5,99 dollars (comptez 2 dollars de plus pour la version HD). Louée par la presse comme une réussite drôle et émouvante, on ne tardera pas à se plonger dans l'histoire de ce guest de luxe du dernier Daft Punk, dont la présence nous excite au moins autant, si ce n'est plus, que celle de Pharrell ou Julian Casablancas.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters