CultureCulture

Trailer est-il? «Paul Williams Still Alive», l'autre héros des Daft Punk

Alexandre Hervaud, mis à jour le 29.05.2013 à 18 h 42

Le documentaire sur le songwriter Paul Williams, l'idole des Daft Punk, est visible en VOD.

Saint Paul - DR

Saint Paul - DR

Pas plus tard qu'hier, j'écoutais enfin le dernier album de Daft Punk, Random Access Memories, pouvant ainsi me faire opinion sur la chose deux semaines après le commun des mortels (soit avec 97 ans de retard, en années Internet). Sans conchier la chose en intégralité, car on y trouve quelques perles, la présence de certains tubes en carton bien moisis empêche de crier au génie tout de même. Surtout quand, enivrés par leur liberté créatrice qu'on imagine royale, le duo s'auto-saborde en débutant un morceau par une intro insupportable de quasi deux minutes. Il est ici question du morceau Touch, featuring le grand –par le talent, pas par la taille– Paul Williams.

Affichant plus de 8 minutes au compteur, la chanson devrait, à en juger par les chiffres de ventes/écoutes de l'album, remettre Paul Williams sur le devant de la scène, voire l'introduire auprès d'un public ignorant tout de ce songwriter américain, capable de jouer/chanter pour De Palma (Phantom of the Paradise), d'écrire les paroles du générique de La Croisière s'amuse, d'être grimé en primate pour l'un des films Planète des Singes, de faire la BO d'un film Muppets, etc.

Sorti l'an dernier –mais pas en France– le documentaire Paul Williams Still Alive du réalisateur Stephen Kessler revisite la carrière incroyable du bonhomme, encore actif à 72 ans:

La bonne nouvelle, c'est que le film est disponible en VOD sans intermédiaire (et a priori sans souci de géorestriction) sur le site officiel du docu, en téléchargement définitif (format mp4 HD264) pour 5,99 dollars (comptez 2 dollars de plus pour la version HD). Louée par la presse comme une réussite drôle et émouvante, on ne tardera pas à se plonger dans l'histoire de ce guest de luxe du dernier Daft Punk, dont la présence nous excite au moins autant, si ce n'est plus, que celle de Pharrell ou Julian Casablancas.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte