CultureCulture

Quelles sont les Palmes d'or des quarante dernières années les mieux notées par les internautes?

Robin Panfili, mis à jour le 26.05.2013 à 14 h 20

Samuel L. Jackson et John Travolta dans Pulp Fiction / Film Monitor

Samuel L. Jackson et John Travolta dans Pulp Fiction / Film Monitor

La Palme d'or du 66e Festival de Cannes va être remise, dimanche 26 mai, par le jury présidé par Steven Spielberg. Mais le grand public sera-t-il du même avis que le réalisateur de E.T. et les huit jurés rassemblés autour de lui?

Pour savoir, au-delà du nombre d'entrées en salles, comment le public juge les Palmes d’or, nous avons passé tous les films palmés depuis quarante ans au crible de cinq sites de notation cinématographique par les internautes. Un panel qui va de sites grand public orientés «consommation» (Allociné, Amazon) à des sites plus cinéphiles (Vodkaster, Sens Critique, IMBD) et qui mélange public français et anglo-saxon.

Les cinéphiles pas si sévères

Au regard des notes moyennes accordées par les cinq sites, on se rend compte que les plus mordus de cinéma ne sont pas les plus sévères avec les films qu’ils n’apprécient pas. C’est Allociné qui attribue la moyenne la plus basse (6,9/10) alors que l'évaluation des sites spécialisés est un peu plus généreuse (entre 7,2 et 7,5/10).

Les internautes d’Amazon, eux, se démarquent avec une moyenne très élevée par rapport aux concurrents (8,5/10 en moyenne). Un résultat à nuancer, néanmoins, puisque les notes attribuées par les internautes peuvent concerner le film en lui-même mais aussi la qualité de son édition DVD.

On constate aussi que l'écart entre la note la plus basse et la note la plus haute varie fortement: l'écart atteint 5,3 points pour Allociné et 4 points pour Amazon. Les sites fédérant un public supposément plus «pointu» sont plus mesurés: IMDB présente le plus faible écart (2 points) devant Sens Critique (2,1 points) et Vodkaster (2,6 points).

«Vieilles» Palmes et films américains

D’un point de vue statistique, deux tendances ressortent: les internautes semblent préférer les «vieux» films et les films américains. Les cinq Palmes d'or les mieux notées sont Pulp Fiction, Apocalypse now, Taxi Driver, Le Pianiste et Paris, Texas. En moyenne, les films des années 70 sont par ailleurs mieux notés que ceux de la dernière décennie —Entre les murs, Sous le soleil de Satan, The Tree of Life, Fahrenheit 9/11 ou Oncle Boonmee font pâle figure dans le classement général.


Nous avons conservé dans ce classement uniquement les 44 Palmes d'or décernées depuis 1973 pour lesquelles nous avons pu recueillir des notes sur l'ensemble des sites. Les Palmes d'or antérieures ont été écartées car nous n'avions pas suffisamment de données disponibles, de même que les films La Méprise (1973) et Les Meilleures Intentions (1992), pour lesquels

Au travers des évaluations, il est aussi intéressant de voir que les internautes, amateurs comme cinéphiles confirmés, s’accordent souvent sur la notation d’un film. Plusieurs Palmes d’or font consensus auprès des différents publics des sites de notation: parmi les films appréciés, Le Pianiste, Pulp Fiction, Apocalypse Now et Paris,Texas font l’unanimité, au même titre que d’autres, moins bien notés, Sous le soleil de Satan, Fahrenheit 9/11 ou Oncle Boonmee.

L’Enfant, récompensé de la Palme d’or en 2005, est une exception. Il a divisé les internautes, les spectateurs d'Allociné étant très sévères (3,2/10) et ceux d'Amazon l'encensant (9,6/10, mais avec très peu de notes). Les autres sites spécialisés arrivent eux à une moyenne de 7/10.

Quand entrées et notes divergent

Les films qui ont recueilli les meilleures évaluations des internautes ont connu le succès en salles, à l'image de Pulp Fiction (un peu moins de 3 millions d’entrées), Apocalypse Now (4,5 millions d’entrées) ou Paris,Texas (2 millions d’entrées).

Comme l’on pouvait s’en douter, les Palmes qui recueillent des notes moyennes auprès du public n’ont elles pas eu grand succès au cinéma. Le Ruban Blanc (2009), par exemple, n’a fait que 650.000 entrées, largement devancé par le film lauréat du Grand Prix du Jury la même année, Un Prophète, qui a enregistré près de 1,3 million d’entrées en salle. Le cas de Oncle Boonmee est encore plus significatif: avec 130.000 entrées en salles, la Palme d'or de 2010 a été largement éclipsée par Des hommes et des dieux, Grand Prix du Jury, qui a enregistré plus de 3 millions d'entrées. 

Certains films, eux, ont connu un grand succès en salles sans être forcément très bien notés aujourd'hui. Prenons, par exemple, Fahrenheit 9/11, de Michael Moore: cette oeuvre portant sur le 11-Septembre mais aussi —et surtout— sur l’invasion américaine en Irak a reçu un très bon accueil public en France, à une époque où le pays se positionnait contre la politique étrangère de George W. Bush, réélu peu après la sortie en salles. Pourtant, il ne se classe qu'en 38e position (sur 44 films) de notre panel. Un contraste saisissant et qui dit beaucoup de choses sur l’importance du contexte dans la réception d'un film.

Autre exemple, Entre les murs de Laurent Cantet. Si son évaluation par les internautes n’est pas mirobolante, le succès en salles de la seule Palme française des vingt dernières années est indéniable (1,6 million d’entrées). La sortie du film, en 2008, avait eu une grande résonance politique, comme l'expliquait Le Monde à l'époque, pour son approche alternative des questions d'éducation et d'intégration

Robin Panfili

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte