CultureCulture

J'ai fait partie des «87% d'enfants qui ne savent pas ce qu'est la betterave»

Cécile Dehesdin, mis à jour le 23.05.2013 à 19 h 05

Beet it/ B.D.'s World via FlickCC License by

Beet it/ B.D.'s World via FlickCC License by

L'association Santé Environnement France vient de publier un rapport sur l'alimentation des enfants. Les médecins ont enquêté auprès de plus de 900 écoliers pour comprendre ce qu'ils mangent et comment, dans l'idée d'améliorer la prévention du surpoids.

Le communiqué est titré ainsi: «87% des enfants ne savent pas ce qu'est une betterave!»

En le lisant, j'ai eu un grand moment d'incompréhension: la cantine scolaire a-t-elle tellement changé en 15 ans qu'on ne trouve plus dans les entrées les petits bols pleins de dés de betteraves, avec parfois une tranche d'oeuf ou de tomate pour rajouter de la couleur?

En fait, le questionnaire demande aux écoliers de reconnaître les aliments dans leur état naturel:

Cliquez ici pour agrandir l'image

J'ai donc une confession à vous faire. J'aurais fait partie de ces «87% d'enfants qui ne savent pas ce qu'est une betterave». Ou plutôt qui ne savent pas en reconnaître une, puisque je savais que la betterave était un légume.

Reconnaître n'est pas non plus synonyme de consommer: je devais bien manger de la betterave quatre fois par semaine, et je savais que je préférais celle que je mangeais à la maison à celle de la cantine. Simplement, j'ai longtemps connu la betterave dans son état cuit et prédécoupé (cantine) ou cuit et sous vide (maison).

J'ai même appris très récemment que la betterave se cuisait (et que croquer dans une betterave crue n'est pas une expérience que je souhaite retenter, même si on m'affirme que la betterave crue et rapée fait une délicieuse salade).

C'est clairement un manque de culture culinaire regrettable, mais ça ne m'a jamais empêché de manger ce légume. Peut-être à cause de tout ça, les résultats du questionnaire ne me laissent pas «pantoise» (je suis davantage surprise par les 5 enfants sur 10 qui ne reconnaissent pas l'abricot, qu'on retrouve sous cette forme à la cantine).

Le rapport se conclut sur plusieurs conseils, dont celui de multiplier les fruits et les légumes. Mais la betterave a fait partie de toute mon enfance sans que je sache pour autant la reconnaître dans sa forme crue et à peine sortie du potager. Pour toutes ces raisons, je ne trouve pas particulièrement inquiétant les résultats de ce test. Je le suis beaucoup plus du fait que 22% des enfants ne savent pas quel aliment est à la base des frites ou... du poisson pané!

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte