Culture

Ray Manzarek, membre fondateur des Doors, est décédé

Temps de lecture : 2 min

Image publicitaire des Doors: de gauche à droite, Ray Manzarek, Jim Morrison, Robbie Krieger et John Densmore (Reuters).
Image publicitaire des Doors: de gauche à droite, Ray Manzarek, Jim Morrison, Robbie Krieger et John Densmore (Reuters).

Sa rencontre avec Jim Morrison en 1965 a conduit à la création des Doors. Si l’imposante présence et la vie chaotique de Morrison en ont fait l’icône du groupe de rock, c’est à Ray Manzarek, le claviériste du groupe décédé le 20 mai à l’âge de 74 ans, que l’on doit le son très particulier de chansons comme Light My Fire ou Break on Through.

«Beaucoup de ce qui a fait la gloire des Doors était dû à M. Manzarek, avec son penchant pour le mélange des courants musicaux, l’ancien et le nouveau, du blues au classique, de la poésie parlée au psychédélique», explique la nécrologie du Washington Post.

Après la mort de Morrison, Manzarek a continué de jouer, seul ou dans des groupes, reformant récemment les Doors, jusqu’à son décès. Bien qu’il soit surtout connu pour ses performances au clavier pour The Doors, Manzarek jouait la guitare, les percussions, et chantait.

En 1991, il s’était dit «peu impressionné» par le film The Doors d’Oliver Stone. «Ce n’était simplement pas le vrai Jim Morrison, avait-il alors affirmé. Le Jim qu’on connaissait était beaucoup plus sensible, poétique, artistique, spirituel.»

Manzarek est mort d’un cancer du canal biliaire à Rosenheim, en Allemagne.

D.D.

Newsletters

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Six livres méconnus de Roald Dahl

Six livres méconnus de Roald Dahl

Considérés comme des classiques, «Charlie et la chocolaterie» ou «Matilda» sont souvent réédités et adaptés au cinéma. Mais l'œuvre de l'écrivain jeunesse ne s'arrête pas là.

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

Le film d'André Cayatte, sorti il y a cinquante ans, retraçait la trajectoire de Gabrielle Russier, professeure condamnée pour avoir entamé une liaison avec l'un de ses élèves.

Newsletters