CultureCulture

Cannes 2013: Le cinéma, une affaire de couples

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 19.05.2013 à 17 h 35

Roman Polanski et Emmanuelle Seigner en 2010. REUTERS/Lionel Flusin

Roman Polanski et Emmanuelle Seigner en 2010. REUTERS/Lionel Flusin

CANNES, JOUR 5

Pour les réalisateurs et réalisatrices en couple avec des actrices et acteurs, les diriger dans leur film est chose courante. Encore récemment, Ryan Gosling - qui est attendu à Cannes pour le nouveau film du réalisateur de Drive, Nicolas Winding Refn - a annoncé qu'il passerait bientôt derrière la caméra, et que sa compagne Eva Mendes serait au casting.

A Cannes, les réalisateurs ne dérogent pas à la règle. C'est ainsi que l'épouse d'Alex van Warmerdam, Annet Malherbe, figure dans son film en compétition pour la Palme d'Or, Borgman.

Roman Polanski, également en compétition, a dirigé son épouse Emmanuelle Seignier plusieurs fois, et récidive dans La Vénus à la Fourrure. Peu avant le tournage, il annonçait:

«Cela fait longtemps que j'attends l'opportunité de tourner en français avec Emmanuelle. En lisant La Vénus à la fourrure [roman érotique de Leopold von Sacher-Masoch], je me suis rendu compte que l'opportunité était arrivée».

L'un des plaisirs, pour un réalisateur, de travailler avec son conjoint est de le découvrir sous une autre facette, comme Sam Mendes l'expliquait après avoir mis Kate Winslet en scène dans Les Noces Rebelles:

«C'était très exaltant pour moi de travailler enfin avec ma femme, et j'ai découvert une facette d'elle que je ne connaissais tout simplement pas auparavant. Sur le plateau, ce n'est pas elle que je voyais - c'était le personnage qu'elle incarnait. c'était fascinant.»

Il en va de même pour l'acteur ou l'actrice, comme l'expliquait Kate Winslet en complétant les propos de son mari:

«J'avais hâte de travailler avec Sam à un moment dans ma vie, et j'en étais au point où quand des acteurs fabuleux comme Tom Hanks venaient me dire à quel point il est génial, je leur disais de la fermer, parce que je devenais un peu jalouse. Je voulais découvrir cette partie de lui, parce qu'évidemment j'ai toujours eu une admiration énorme pour son travail, mais je ne pouvais pas vraiment resentir ce que ça faisait de travailler avec lui tant que je n'en avais pas fait l'expérience moi-même. C'était comme si la pièce finale du puzzle composant la personnalité de mon mari avait enfin été mise en place».

La seule difficulté mise en avant par tous les réalisateurs est de diriger leur conjoint dans les scènes de sexe. A l'instar de Judd Apatow, marié à Leslie Mann qu'il a dirigé dans 40 ans toujours puceau, où elle couche avec Paul Rudd:

Dans La Vénus à la fourrure, Roman Polanski, lui, dirigera sa femme dans l'histoire d'une relation sadomasochiste entre un homme (Louis Garrel) et une jeune veuve...

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte