CultureCulture

La check-list de Cannes 2013, jour 4: bâillements, résurrection, euthanasie

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 18.05.2013 à 19 h 17

CANNES, JOUR 4

20 films sont en compétition pour la Palme d'or du 66e édition du Festival de Cannes, qui sera remise dimanche 26 mai. Voici ce que j'ai entendu, vu et retenu du troisième jour du Festival.

1. Cancans de Cannes:

Les premiers signes de fatigue se font sentir. Vendredi soir avait lieu la soirée de Canal+. Dans une villa, à Mougins, la chaîne partenaire du Festival a permis à ses équipes de se remettre de ses émotions (l'intrusion d'un homme qui a tiré à blanc en plein direct vendredi soir) à coup de grandes rasades de champagne. Le samedi matin, devant le film d'Arnaud Desplechin, les bâillements n'étaient pas rares. C'est tout juste si les spectateurs n'avaient pas les mêmes cernes que Benicio del Toro - qui partage l'affiche du film avec Mathieu Amalric:


A Cannes le 18 mai 2013. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Et puis le temps n'arrangeait rien:


(La couleur passée du tapis, c'est parce qu'il est georgé d'eau)

2. Le(s) gros morceau(x) du jour

N'empêche que Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines) restait le gros morceau du jour. Arnaud Desplechin, qui tournait aux Etats-Unis pour la première fois avec ce film, est un habitué du Festival de Cannes, puisqu'il vient pour la cinquième fois.

Son film est une adaptation du livre de Georges Devereux, à la fois anthropologue et psychanalyste, Psychothérapie d'un Indien des plaines, publié aux Etats-Unis en 1951. Desplechin raconte l'histoire d'une amitié entre un Indien Blackfoot du Montana, qui a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale, souffre de terribles maux de têtes et est admis à l'hôpital militaire de Topeka (Benicio del Toro), et celui qui entend le soigner: Georges Devereux (Mathieu Amalric).

Très différent de ses films habituels, Jimmy P. a divisé la critique. Du côté des bâillements donc, on compte par exemple Ecran Noir, pour qui «ce qui se voudrait à la fois comme le portrait touchant d'un homme et un hymne aux bienfaits de la psychanalyse tombe au final complètement à plat».

Du côté des enthousiastes, Télérama, dans lequel Pierre Murat décrit le film comme:

«Une ode à la complicité qui unit les êtres et perdure après leur séparation même. C'est cette fraternité qui émeut. Cette foi dans ce qu'il y a de plus mystérieux et de plus troublant chez l'homme : le pouvoir de s'aider, - sinon de s'aimer - longtemps. Arnaud Desplechin est un humaniste : il est aussi décalé dans ce monde que ses héros. Donc, forcément rare et précieux.»

De toute façon, le Festival a pour mauvaise habitude de palmer à contre-temps. «De bons ou grands cinéastes (Pialat, Lynch, Moretti, Von Trier, Loach...) ont été palmés pour un film qui est loin d'être leur meilleur», écrivait récemment Jean-Marie Pottier sur Slate. Une chance pour Desplechin?

3. Il y avait aussi:

Le retour de Jodorowsky. Le cinéaste franco-chilien, lecteur fou, scénariste de bande-dessinées, co-fondateur du groupe Panique avec Roland Topor, était resté silencieux plus de deux décennies durant. Désormais âgé de 84 ans, il est de retour sur la Croisette avec son nouveau film La Danse de la réalité, «l’énergie et la liberté du créateur octogénaire, son plaisir à filmer son fils Brontis, qui joue ici son propre grand-père, font plaisir à voir» selon Aurélien Ferenczi.

Et une première fois au contraire: celle de Valeria Golino en réalisatrice. L'actrice italienne signe son premier film, Miele, présenté à Un Certain Regard. La très juste histoire d'une jeune femme qui a interrompu ses études de médecine pour aider des gens à mourir. Un plaidoyer d'une grande finesse pour l'euthanasie.

4. Au menu du samedi, jour 4:

New York dans les années 60 pour le nouveau film des frères Coen, avec un petit casting plutôt pas mal: Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, John Goodman.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte