Égalités / Culture

«Rebelle»: le problème du relooking de Merida, l'héroïne du dernier Disney

Temps de lecture : 2 min

A gauche, Merida relookée. A droite, la Merida originelle.
A gauche, Merida relookée. A droite, la Merida originelle.

Beaucoup de personnages féminins sont les stars des films de Disney –c'est l'une des vertus de la marque. Mais toutes ces héroïnes n'obtiennent pas le statut officiel de Princesse Disney, une désignation spéciale donnée à un nombre limité de personnages, qui sont au centre de campagnes de marketing spécifiques [avec des déguisements pour petites filles, des poupées, des couettes, cartables, fournitures scolaires etc, tout cela en dehors des campagnes de promotion de leurs films respectifs NDT].

Le 11 mai, Merida, la star de Rebelle, sorti le 1er août dernier, a rejoint ce club privé. Mais, apparemment, ses exploits de combattante contre des ours géants n'étaient pas suffisants pour l'occasion. Pour son introduction, Merida avait besoin d'un relooking.

Les Princesses Disney 2013 via Wikimedia Commons

Je ne parle pas seulement de sa nouvelle robe qui dénude ses épaules et remplace son carquois de flèches par une ceinture brillante, bien que ces deux différences soient déjà un affront à son esthétique de garçon manqué. Mais aussi de ce qui ressemble à de la chirurgie pour lui retirer des côtes.

Les tentatives de Disney pour démocratiser ce que signifie être une princesse sont admirables. Jusqu'à un certain point. Vous n'avez pas à être de sang royal, ni à être mariée royalement: Mulan, une jeune Chinoise qui fugue pour rejoindre l'armée dans le film qui porte son nom, gagne l'admiration d'un général bien avant qu'il apprenne qu'elle est une femme, et qu'il la considère comme une candidate pour une relation amoureuse.

Vous n'avez pas à vivre une vie oisive jusqu'à ce que votre routine soit interrompue par une aventure: Tiana, l'héroïne de La princesse et la grenouille, veut devenir propriétaire d'une petite entreprise avant d'être accidentellement transformée en grenouille. Vous n'avez pas à être blanche, ou européenne, ou même, dans le cas d'Ariel, la star de La petite sirène, nécessairement basée sur la terre ferme.

Restent deux restrictions. Il faut que vous soyez jeune ET il faut que vous ayez un physique très particulier et des cheveux longs et parfaits. Les modifications apportées à Merida reflètent ces priorités. Ses célèbres cheveux, qui ont nécessité le travail de six employés de Pixar –un mélange d'artistes et d'ingénieurs– pendant trois ans, ont été domptés, rendus moins frisés, moins sauvages, et moins vivants.

Sa taille a été affinée, ses seins soulignés, mais au détriment de la charpente solide de Merida, ce qui est vraiment dommage vu comment Rebelle célèbrait le plaisir que ressentait Merida grâce à ses capacités physiques.

Il est important que des filles de toutes les couleurs et de toutes les classes sociales puissent se reconnaître et trouver des histoires auxquelles aspirer dans la lignée des Princesses Disney. Pourquoi est-ce qu'il ne devrait pas être important que des filles avec des cheveux fous et des morphologies différentes s'y reconnaissent également?

>> Une pétition a été créée contre le relooking de Merida

Alyssa Rosenberg

Traduit par C.D.

Newsletters

Deux massacres sans importance: Pointe-à-Pitre 1967 et Philadelphie 1985

Deux massacres sans importance: Pointe-à-Pitre 1967 et Philadelphie 1985

D'où vient l'indifférence qui nimbe la longue histoire de la répression policière des minorités?

Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir

Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir

Il aura fallu attendre plus d'un siècle pour que les catcheuses s'imposent sur le ring, et le chemin est encore long pour que la discipline soit réellement inclusive.

Les classes populaires paient le plus lourd tribut au Covid-19

Les classes populaires paient le plus lourd tribut au Covid-19

Les personnes qui occupent les emplois les moins rémunérés sont particulièrement exposées au coronavirus. En temps de crise, cette situation pourrait aggraver les inégalités sociales de santé.

Newsletters