Culture

Trailer est-il? «Mistaken For Strangers», en coulisses avec The National

Temps de lecture : 2 min

Le frère du chanteur du groupe américain a suivi et filmé le groupe lors d'une tournée. Il y travaillait comme roadie, il s'est fait virer: son film a l'air top.

The National à Paris, visiblement dans un squat (DR).
The National à Paris, visiblement dans un squat (DR).

Est-il possible de dire du mal du groupe The National en 2013? Oui, clairement, ne serait-ce que pour le plaisir d'irriter les fans dévots de ce groupe d'indie rock américain de la même manière qu'on titillerait des Apple-maniacs. Mais qu'on trouve le chant de Matt Berninger aussi plaisant qu'un bruit d'aspirateur industriel ou qu'on soit transporté par la grâce de certains tubes incontestables comme Fake Empire (fun fact: on se retrouve dans ces deux catégories), force est d'admettre que le groupe, dont le prochain album Trouble Will Find Me sort dans quelques jours, a clairement marqué la décennie 00's.

Après cette formule bateau digne d'un dossier de presse pour Rock en Seine, entrons dans le vif du sujet avec le docu Mistaken for Strangers, qualifié par Pitchfork de «film musical le plus drôle et le plus méta depuis Spinal Tap». Venant d'un site qui daube sur le dernier Iggy & The Stooges, l'affirmation est à peu près aussi crédible qu'un conseil de Claude Guéant en cotation d'art flamand, mais l'espoir est permis eut égard au pitch de la chose.

Matt Berninger, chanteur de The National, a en effet invité son jeune frère Tom, un joyeux luron fan de metal, à filmer leur grande tournée mondiale, en 2011. Tournée durant laquelle le gaillard Tom a bossé comme roadie avant de se faire virer comme un pauvre shnock. Forcément, fan ou pas du groupe, on ne peut que reconnaître et apprécier le potentiel de la chose, ce que la bande-annonce confirme largement:

Comme le détaille un article du Hollywood Reporter, le film (qui a coûté 200.000 dollars, une paille) a fait l'ouverture du festival new-yorkais de Tribeca après un certain lifting niveau montage: Tom Berninger avait en effet proposé une permière version à Sundance, qui l'avait refusée. Sur les conseils avisés du trublion Fred Arminsen (du Saturday Night Live et de la série Portlandia), Berninger s'est alors entouré de pros pour remonter le film.

Visiblement, le résultat plaît beaucoup et ne contient pas beaucoup de scènes montrant The National en live: les allergiques au groupe n'ont donc aucune excuse pour snober la chose, qu'on espère distribuée prochainement en France. Quitte à devoir acheter le prochain album du groupe s'il est vendu avec, ouais.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

Deux épouses mortes, un rockeur blanchi: Jerry Lee Lewis est-il si innocent?

Deux épouses mortes, un rockeur blanchi: Jerry Lee Lewis est-il si innocent?

Mythe du rock'n'roll, Lewis est avant tout un homme d'une violence terrible. En 1983, sa quatrième femme, Shawn Michelle Lewis, est retrouvée morte à leur domicile. Un décès mystérieux, une enquête bâclée, et des soupçons qui pèsent fortement sur celui que tout le monde surnomme The Killer.

Comment écrire un roman quand on n'a pas d'histoire à raconter?

Comment écrire un roman quand on n'a pas d'histoire à raconter?

Un scénariste et romancier répond.

L'organisation du Super Bowl demande aux danseurs et danseuses de travailler gratuitement

L'organisation du Super Bowl demande aux danseurs et danseuses de travailler gratuitement

De l'exploitation en bonne et due forme, qui concerne avant tout les artistes afro-américains.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio