CultureCulture

Trailer est-il? «Pop Redemption», des hippies au Hellfest

Alexandre Hervaud, mis à jour le 08.11.2016 à 17 h 07

Julien Doré et son groupe de black metal tentent d'échapper à Alexandre Astier pour aller headbanger gaiement. METAAAAAL!

Il a quitté Paris, il va payer pour ça - DR

Il a quitté Paris, il va payer pour ça - DR

Petite confidence: depuis plusieurs semaines, dans le Google Doc où s'accumulent les liens vers des bandes-annonces récoltées avec amour sur la Toile, une vidéo attend sagement son heure. Du moins attendait, car elle est désormais périmée, le film en question étant sorti la semaine dernière –même si «sorti» est un bien grand mot: à peine une demi-douzaine de salles françaises au total. Et c'est sans doute pas plus mal, sachant qu'on n'aime pas (trop) tirer sur les ambulances: vu la tronche de ses extraits/clips/teasers, on aurait forcément été langue de pute avec le long métrage en question, un certain Bob et les Sex Pistaches avec Jules Sitruk.

Qu'à cela ne tienne, on troque sans hésiter ce potentiel nanar sur fond de rock pour une potentielle bonne comédie sur fond de black metal: Pop Redemption, premier film de Martin Le Gall.

Soit l'histoire de quatre potes membres d'un groupe de black metal (les Dead MaKabés) en tournée dans des bleds improbables avant d'honorer une date inespérée au Hellfest, le fameux festival de musiques extrêmes de Clisson. Evidemment, les choses vont déraper et les gaillards vont devoir muer en sous-Beatles baba cool pour passer inaperçus (ou pas).

Au casting, Julien Doré écope du rôle du leader de cette bande de bras cassés, avec à ses côtés Jonathan Cohen et Grégory Gadebois, respectivement vus dans les bonnes séries Les Invincibles et Les Revenants. De passage également: Audrey Fleurot (Intouchables) et Alexandre Astier dont le Kaamelott a d'ailleurs le droit à sa vanne hommage dans le trailer:

Présent au Hellfest l'an dernier, c'est peu dire que la vision de Julien Doré attifé en hippie zonant dans les coulisses du festival nous avait étonné. On a plutôt hâte de voir le résultat, notamment en matière de communication: même si le film est terminé depuis un bail (des avant-premières ont eu lieu en mars), Gaumont le sort en effet le 5 juin, soit deux semaines avant la prochaine édition du Hellfest qui propose cette année des têtes d'affiches comme Def Leppard, Kiss et autre ZZ Top. Difficile de penser à un hasard face à un tel planning (même si la proximité relative avec la Fête du Cinéma peut jouer), et on pense bien que le festival saura profiter de l'écho médiatique du film. Et vice-versa: on imagine sans peine ses affiches placardées au Hellfest, vouées à finir maculées de pisse de festivalier saoul. On ira vérifier notre théorie sur place, quoi qu'il arrive.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte