CultureCulture

Pour Wikipedia, les femmes ne sont pas des écrivains comme les autres

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 26.04.2013 à 18 h 04

Books/shutterhacks, via Flickr CC License by

Books/shutterhacks, via Flickr CC License by

Il y a les écrivains, et il y a les écrivains femmes. A ne pas confondre, selon Wikipédia, puisque, comme le fait remarquer la romancière Amanda Filipacchi dans le New York Times, «il semble que progressivement, au cours du temps, les éditeurs [de Wikipédia], ont commencé à déplacer les femmes, une par une, par ordre alphabétique, de la catégorie "Ecrivains américains" à celle d’'"Ecrivains américains de sexe féminin", sous-catégorie de la première».

La raison de ce changement? Le manque de place. Pour que la liste d’écrivains américains ne soit pas trop longue, il fallait choisir des critères. Les éditeurs auraient pu trier par période, par genre, par maisons d’édition… Mais ils ont préféré enlever les femmes pour faire davantage de place aux hommes.

Cela peut être dû au prisme des éditeurs de Wikipédia. «Au sein de la communauté Wikipédia, les femmes ne représentent que 15% des contributeurs et seulement 9% des éditeurs», rappelle Abigail Grace Murdy sur le blog de Melville House, maison d’édition indépendante. Mais surtout, ajoute-t-elle, cela reflète un traitement constant des écrivains en général, les femmes recevant beaucoup moins d’attention de la part du milieu littéraire que les hommes. En 2012, la New York Review of Books a par exemple critiqué seulement 40 écrivains femmes, pour 215 auteurs hommes. «La sous-catégorie “écrivains américains de sexe féminin” ne fait que réfléter une perception répandue et dénigrante des auteurs femmes qui existe déjà».

Perpétuer les inégalités

Faire de la catégorie écrivains américains une catégorie excluant les femmes, n’est pas seulement profondément inepte (Nicole Krauss, Siri Hustvedt, Jennifer Egan ou Toni Morisson sont-elles moins américaines parce que dépourvues de pénis?). Cette exclusion des femmes de la catégorie «écrivains américains» a des conséquences pratiques. Si vous cherchez sur Google des écrivains américains, c’est cette liste, prétenduement généraliste mais de fait très masculine, qui apparaît en premier.

Amanda Filipacchi:

«Les gens qui vont sur Wikipédia pour puiser des idées de personnes à embaucher, honorer, lire, et consultent cette liste d’“Ecrivains américains” pour avoir de l’inspiration, pourraient bien ne même pas remarquer que la première page comprend bien plus d’hommes que de femmes. Ils pourraient peut-être bien utiliser cette liste sans y penser à deux fois.»

L’habitude de l’omniprésence des hommes est telle que les listes dépourvues de noms féminins ne se remarquent même pas. Lors de l’annonce des films en compétition à Cannes par exemple, alors que tous les noms des réalisateurs venaient d’être égrenés par Thierry Frémaux, je me tourne vers mon voisin pour lui demander s’il a remarqué quelque chose sur la liste. «Non?» «Il n’y a qu’une seule femme.» «Tu es sûre?» Il n’avait pas remarqué, il a dû vérifier la liste pour acquiescer à mon constat.

Constat international

La relégation des femmes à des sous-catégories n’est pas propre au Wikipédia américain. Filipacchi explique:

«J’ai aussi remarqué qu’Edwige Danticat avait été retirée des "écrivains haïtiens" et déchargée dans la catégorie "écrivains haïtiens de sexe féminin". Il semble donc, au moins, que les femmes de tous les pays sont traitées de la même manière. C’est simplement dommage qu’elles ne soient pas traitées de la même manière que les hommes».

En France, le problème se pose autrement: la catégorie «liste d'écrivains de langue française» semble à vue d'oeil équilibrée. En revanche la catégorie «écrivain français» comporte également une sous-catégorie femmes de lettres, mais pas de sous-catégorie hommes de lettres. Mais enfin cette catégorie «écrivain français» ne comprend pas même dix noms... Et à la lettre B, un seul: Richard Bohringer...

Pour ce qui est du reste du monde, avec un peu de chance, l’article de Filipacchi travaillera à une égalité de traitement. La sous-catégorie «écrivains américains de sexe masculin» n’existait pas au moment où l’écrivain a publié son article. Elle vient d’être créée. Certes elle est encore vide, mais elle existe.

C.P.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte