CultureCulture

«Petite coquine, tu es jolie»: la correspondance de J.D. Salinger avec une Canadienne de 17 ans

Daphnée Denis, mis à jour le 25.04.2013 à 10 h 18

L'Attrape-coeur

L'Attrape-coeur

J.D. Salinger, l’auteur du mythique roman l’Attrape-Cœurs, est l’un des écrivains les plus célèbres des Etats-Unis –et du monde. Il est également l’un des romanciers les plus mystérieux, ayant passé la fin de sa vie reclus, refusant absolument de s’adresser aux médias.

Mais s’il s’est tu une grande partie de son existence, le Salinger jeune était assez bavard, en tous cas d’après des extraits de sa correspondance qui viennent de faire surface.

A 22 ans, avant de devenir une star de la littérature, il a écrit neuf lettres à une Canadienne de 17 ans, Marjorie Sheard, qui avait lu et admirait ses premières publications dans Esquire et Collier’s, rapporte le New York Times.  Les missives viennent d’être vendues à la Morgan Library & Museum de New York par la famille de Marjorie Sheard, aujourd’hui âgée de 95 ans.

Ce flirt épistolaire révèle de nouvelles facettes de la personnalité de Salinger, dont le ton caustique ressemble beaucoup à celui de son personnage fictif, Holden Caufield, ce «gamin d’école privée en vacances de Noël», comme il le décrit dans une de ses premières lettres.

Le jeune écrivain y invite Marjorie Sheard à lire une nouvelle qu’il va bientôt publier dans le New Yorker sur le «gamin» en question, puis ajoute que son éditeur lui a demandé toute une série inspirée de ce premier jet. Salinger hésite:

«J’essaierai d’en écrire un ou deux en plus de toutes façons, et si je rate mon coup j’abandonnerai.»

Parmi les quelques extraits de cette longue correspondance, New York Magazine relève un échange particulièrement dragueur au cours duquel J.D. Salinger demande à Marjorie Sheard sa photo, puis s’excuse prétextant avoir été de «mauvaise humeur». Comme la jeune fille s’est exécutée, entre temps, il répond:

«Chère Marjorie,

Petite coquine. Tu es jolie.

J’ai envoyé mon dernier portrait à un magazine, mais je vais m’en faire tirer plus. Sois assurée, pourtant, que je suis très beau.»

Dernier détail: Salinger considérait que Guerre et Paix était meilleur qu’Anna Karénine, mais que ce dernier roman était «bien plus élaboré». Au sujet de Tolstoï, il plaisante: «Je pense qu’il ira loin.»

D.D.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte