CultureCulture

Quand les géants de l'Internet se font tirer le portrait

Robin Panfili, mis à jour le 23.04.2013 à 14 h 16

Ils y sont tous, même Mark Zuckerberg.

Ce Platon-là n’a rien à voir avec la philosophie. Lui est photographe. Plus précisément, on devrait le définir comme portraitiste si l’on se fie à ses précédents travaux. Pour son dernier projet en date, il a pris en photo (voir ici) les leaders mondiaux de l'Internet. Créateurs de moteurs de recherche ou de réseaux sociaux, la série de ces jeunes entrepreneurs (pour la plupart) a été publiée dans le magazine Wired.

Ils sont tous là: Jack Dorsey (créateur de Twitter), Kevin Systrom (créateur d’Instagram), Tim Cook (Apple), Bill Gates, sans oublier ceux et celles qui ont mis sur pied Yahoo, Dropbox, Linkedin, Youtube...

Même Mark Zuckerberg s’est prêté au jeu. Un moment étrange pour Platon:

«Il était très poli, mais il arpentait la salle comme un animal en cage.»

Alexis Ohanian, un des créateurs de Reddit  dont il a aussi tiré le portrait ne cache pas le plaisir qu’il a eu à poser pour Platon. Un homme qu’il décrit comme «effervescent».

«Quand j’ai appris que [des personnes comme Barack Obama] ont été prises en photo dans cette même position et par le même photographe, j’ai été époustouflé.»

Son seul refus: Nicolas Sarkozy

Né en Angleterre, Platon (de son vrai nom Platon Antoniou) a grandi en Grèce pour finalement s’installer à New York. Il est aujourd’hui un photographe mondialement reconnu, surtout grâce à son travail intitulé «Portraits de Pouvoir» publié dans le magazine The New Yorker. Près de 49 chefs d’Etat sont passés devant ses multiples objectifs lors d’un sommet des Nations unies en 2009. Le casting est inédit: Obama, Ahmadinejad, Mugabe, Kadhafi... Face à ces personnages, Platon livre à Wired son secret:

«Je ne me préoccupe pas de leur fonction [...]. Tout ce qui compte, c’est de savoir si la photo est réussie ou ratée. C’est ce qui m’importe.»

Dans cet exercice, il n’avait alors connu qu’un accroc face à... Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Dans une interview rapportée par Libération, Platon décrit la scène:

«Il était si impoli et agressif. C'était un choc pour moi. Quand je lui ai tendu la main, il l'a regardée et a refusé de la serrer. Il a dit [en français, NDLR]: " Qu'est-ce que c'est?! Non! Je déteste les photos!". Et il est parti en agitant la main en l'air et en criant: "Je déteste les photos".»

Plus tard et à plusieurs reprises, le magazine Time composera certaines de ces unes avec des photographies de Platon. D’abord Aung San Suu Kyi, ensuite Vladimir Poutine.

        

En 2010, The New Yorker l’envoie faire le tour du monde. L’idée est de prendre en photo les militants les plus emblèmatiques du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis. On y retrouve notamment Tommie Smith et John Carlos, les athlètes au poing levé sur le podium des Jeux olympiques de Mexico de 1968.

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte