CultureCulture

4DX: des Japonais vont pouvoir sentir et ressentir «Iron Man»

Cécile Dehesdin, mis à jour le 18.04.2013 à 11 h 56

Extrait de l'affiche d'Iron Man 3

Extrait de l'affiche d'Iron Man 3

Si vous étiez un playboy milliardaire, avec quoi vous parfumeriez-vous? Certains Japonais auront bientôt la réponse, puisque le troisième volet d'Iron Man va sortir dans un cinéma en 4DX. Derrière ces initiales barbares, l'idée d'un cinéma en «quatre dimensions», où les spectateurs feront l'expérience du vent, se retrouveront dans du brouillard, sur des sièges qui bougent, et, donc, sentiront la douce odeur de Tony Stark, alias Iron Man.

Le film sera diffusé le 26 avril dans un cinéma de Nagoya, géré par Korona World, qui compte bien sortir en 4DX une douzaine de films par an, rapporte The Hollywood Reporter. Les spectateurs qui veulent y avoir droit devront payer l'équivalent de 10 dollars en plus pour la version numérique 4DX et 13 dollars pour la version 3D 4DX.

Iron Man est un bon premier candidat parce que «les films d'action blockbusters fonctionnent le mieux avec ce système», a expliqué Korona World au magazine. Le cinéma 4D est déjà utilisé depuis 2009 dans certaines salles en Chine, en Corée du Sud, en Thaïlande, au Mexique, en Israël, en Russie et dans plusieurs pays d'Amérique du Sud, et devrait débarquer aux Etats-Unis cette année.

Mais l'idée d'ajouter une dimension sensorielle en plus au spectacle n'est pas nouvelle. Sans aller jusqu'à la 4D, qui n'est finalement que l'adaptation pour des films des attractions du futuroscope de Poitiers, l'idée de faire du cinéma olfactif remonte au début du XXe siècle, comme on l'expliquait en juillet dernier, et le premier film «odorant» a été réalisé dans les années 1960. Vint ensuite en 1981 la comédie Polyester, de John Waters, pour laquelle les spectateurs étaient munis de cartes où figuraient des numéros à gratter, diffusant ensuite un parfum correspondant à des instants du film.

Comme on le disait alors, l'Hexagone ne devrait pas se jeter immédiatement sur les cinémas 4D, et ce pour deux raisons. La première est d’ordre financier: un siège dynamique coûte près de 8.000 euros contre 4.700 pour un siège classique. Ensuite, les Français sont moins friands de blockbusters, explosions et 3D que les Américains ou les Asiatiques, des genres qui se prêtent bien à la 4D.

Vu les nombreuses critiques qui pleuvent sur la 3D, reste de toute façon à savoir si la dimension de plus serait appréciée des spectateurs...

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
sensodoramaodeursblockbusters3D
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte