Partager cet article

Qui était le Justin Bieber d'Anne Frank?

Anne Frank à son bureau, à Amsterdam. (via Reuters)

Anne Frank à son bureau, à Amsterdam. (via Reuters)

L'idole des adolescents a fait polémique en affirmant qu'Anne Frank aurait été une de ses fans. Mais l'adolescente avait-elle des idoles?

Après avoir noté dans le livre d’or du musée Anne Frank à quel point il avait été «impressionné» par sa visite de la maison où Anne Frank et sa famille s’étaient cachés des nazis pendant deux ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Justin Bieber a écrit qu’elle était «une fille géniale», et ajouté: «J’espère qu’elle aurait été une belieber» [NDT pour les non initiés, les «beliebers» sont les fans de Justin Bieber].

Le musée a posté son mot sur sa page Facebook, et de nombreuses personnes «se sont hérissées du manque d’égards et du pur égo» derrière cette invitation anachronique au fan club du chanteur. Le rappeur 50 Cent l’a soutenu ce mardi 16 avril, en affirmant qu’Anne Frank «aurait probablement été [une belieber]».

Anne Frank étant morte dans un camp de concentration en 1945, nous ne saurons jamais si elle aurait pu apprécier les accords nuancés de Baby. Mais en plus d’être l’une des plus importantes chroniqueuses de son époque, elle était aussi une adolescente normale. Etait-elle fan de pop culture?

Un peu. On peut trouver quelques indices dans son fameux journal intime. Dans une des premières entrées, datée du dimanche 14 juin 1942, Anne Frank imagine ce que ça serait d’avoir un chien comme Rintintin, et décrit à quel point ses camarades de classe ont aimé voir le film lors de sa fête d’anniversaire, quelques semaines avant que sa famille ne soit obligée de se cacher.

Anne Frank aimait aussi les romans pour jeunes adultes de son époque, en particulier les livres de Cissy van Marxveldt:

«J’ai lu The Zaniest Summer quatre fois, et les situations folles qui y sont décrites me font toujours rire.»

Par ces préférences, Anne Frank ressemblait à la plupart des filles de son âge. Au niveau musical en revanche, ses goûts semblent avoir été plus raffinés. Tout comme le reste de sa famille, elle aimait écouter de la musique classique lors de spectacles privés chez elle avant la guerre, ainsi qu’à la radio, et dédie la grande partie d’une entrée de son journal de juin 1944 à un compte-rendu de la biographie de Franz Liszt.

La musique classique a aussi joué un rôle dans les débuts de la vie amoureuse d’Anne Frank:

«Dimanche après-midi, j’ai invité Peter à venir me voir à 16h30. A 17h15 nous sommes allés au grenier, où nous sommes restés jusqu’à 18h. Il y avait un beau concert de Mozart à la radio de 18h à 19h15. J’ai particulièrement aimé le Kleine Nachtmusik (Une petite musique de nuit). J’ai du mal à l’écouter à la cuisine, tellement la belle musique me remue jusqu’au plus profond de mon âme.»

Anne Frank avait une légère passion pour les tabloïds. Elle aimait tellement collectionner les photos d’acteurs comme Greta Garbo et Ray Milland –elle se plaint dans une entrée de mai 1944 de ce que ses «stars de cinéma sont dans un désordre terrible et meurent d’envie qu’on les range»– qu’une de ses amies d’enfance trouvait sa «frivolité et fascination» pour elles énervantes, d’après la biographie de Melissa Muller

Mais alors même qu’elle se régalait de la culture des célébrités, Anne Frank résistait à l’idée d’être mise dans le même sac que les jeunes filles qui, d’après une des polémistes de son époque, «s’occupent de choses superficielles, sans penser un seul instant à la véritable beauté».

J. Bryan Lowder

Traduit par Cécile Dehesdin

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication[at]slate.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte