Culture / Culture

Trailer est-il? «The Kings of Summer», crise d'ado et bricolage

Temps de lecture : 2 min

Un teen movie bucolique avec les stars de «Community», «Parks and Recreation» et «Party Down» encensé au dernier festival de Sundance.

Ivres, ils tapent sur des bambous - DR
Ivres, ils tapent sur des bambous - DR

Fin mai sortira aux Etats-Unis une comédie qui fait sacrément envie, The Kings of Summer, présentée lors du dernier festival de Sundance. L'accueil y fut plus que chaleureux, un critique décrivant ce teen movie bucolique comme «un mix entre Superbad et Stand By Me formant la comédie la plus drôle de Sundance 2013».

L'histoire est simple: en pleine crise d'adolescence, trois jeunes garçons aux parents un peu envahissants décident de fuguer et de passer leur été à construire une maison dans les bois. Attention, pas une cabane à la Notre-Dame-des-Landes, hein, mais une vraie baraque digne de ce nom, dénuée de toute autorité parentale.

«Why live when you can rule», proclame ainsi le poster du film (traduisible en gros, même si c'est pas très joli, par «pourquoi vivre quand on peut diriger»). Le résultat a l'air chouette:

Le film (qui à en croire sa fiche IMDb circule aussi sous le titre Toy's House) est le premier long métrage réalisé Jordan Vogt-Roberts, un habitué de la gaudriole de qualité puisqu'il a mis en scène bon nombres de sketchs pour le site Funny or Die ainsi que des épisodes de séries TV comme la gore et drôle Death Valley.

Il permet surtout de retrouver au casting le couple le plus drôle et chou d'Hollywood: Nick Offerman (Parks and Recreation) et Megan Mullaly (Will & Grace, Party Down). A leurs côtés, la merveilleuse (et idole du Net) Alison Brie, qui en plus d'illuminer les séries Community et Mad Men, se plaît à jouer dans des comédies indépendantes de qualité. On la suivrait jusque dans les pires recoins de la filmographie de Michael Bay si elle nous y invitait.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

Déterminer si l'on prononce de la même façon «je serai» et «je serais» ou si les deux versions riment strictement à l’oral n'implique pas une réponse aussi tranchée qu'on pourrait le penser.

Le jour où je suis devenu un homme

Le jour où je suis devenu un homme

[BLOG You Will Never Hate Alone] J'avais 13 ans. L'âge de la bar-mitsva. Quand on m'a amené de force à la synagogue lire un texte que je ne comprenais même pas.

Newsletters