Culture

Trailer est-il? «No One Lives», l'orgie de gore

Temps de lecture : 2 min

Le réalisateur de «Midnight Meat Train» revient au trash qui fait mal dans une histoire d'assassins ruraux réservée aux estomacs solides.

You've got red on you (DR)
You've got red on you (DR)

Dans le vocable promotionnel ricain, les red-band trailers désignent ces bandes-annonces ultraviolentes (ou archi grossières niveau langage, dans le cas de comédies, encore que les deux ne soient pas incompatibles, cf. la promo du jouissif This Is The End) qui ne sont pas jugées «appropriées» par la puissante Motion Picture Association of America (MPAA). La conséquence directe du caractéristique label red band est que le trailer en question ne peut être projeté en salle qu'avant un film lui-même classé R ou NC-17, autrement dit pas pour les plus jeunes spectateurs non accompagnés d'un adulte.

Internet a évidemment bouleversé cette interdiction d'un autre âge en permettant à tous les producteurs d'outrepasser cette interdiction: ceux cherchant à «rester dans les clous» proposent souvent aux plateformes qui hébergent les trailers de mettre en place un système de filtre basé sur la date de naissance de l'internaute à remplir soi-même, comme les pages d'accueil de site porno. Sans surprise, à ce jour, aucun mineur de 15 ans souhaitant voir la bande annonce trash du dernier Evil Dead n'a été assez stupide pour être honnête et se dire né en 1998.

Ce qui nous amène au trailer archi-trash du jour, celui de No One Lives, dont on préfère ne pas dévoiler le pitch (disons qu'il y a des tueurs, des rednecks américains musclés, des jeunes filles, une forêt), et pas seulement par flemme : le premier tiers du film est visiblement basé sur un retournement de situation que le trailer évente sans vergogne à grand renfort d'imagerie bien gore. Attention, on n'est pas dans du spoiler d'un niveau Fight Club ou Sixième sens, hein, mais c'est histoire de prévenir.

Ce déferlement d'hémoglobine ne surprendra personne venant du fou nippon Ryûhei Kitamura, révélé en 2000 avec Versus (des ninjas et des zombies qui se foutent sur la tronche en forêt), également derrière le très fun Godzilla Final Wars et le craspec Midnight Meat Train. Vous êtes prévenus, ça charcle.

Aucune date de sortie française n'est encore annoncée, mais l'espoir est permis, coproduction Pathé oblige (ah, ça change du Marsupilami de Chabat, c'est sûr!). Au casting de ce film également co-produit par la branche «cinéma» de la WWE (la fédération de catch américaine), on retrouve Luke Evans, habitué du cinéma de genre viril (Le Choc des Titans, Les Immortels, Fast & Furious 6), qui évoque dans No One Lives le Schwarzenneger période Predator.

L'occasion d'en placer une discretos pour notre last action hero à tous, le réalisateur John McTiernan (Die Hard 1 et 3), qui croupit actuellement en prison pendant que John Moore (Die Hard 5) et Len Wiseman (Die Hard 4) marchent en hommes libres. Monde de fous.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio