CultureCulture

Trailer est-il? An oversimplification of her beauty, poésie animée

Alexandre Hervaud, mis à jour le 10.04.2013 à 17 h 03

Jay-Z produit un étrange objet filmique révélé à Sundance et encensé par la presse, trip animé et romantique d'un auteur à suivre.

Ouvrez l'oeil - DR

Ouvrez l'oeil - DR

La plupart du temps, les bandes-annonces sélectionnées dans la présente rubrique le sont parce que le film qu'elles promeuvent nous intéresse, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons (soit le film a l'air chouette, soit il pue le nanar cosmique à plein nez).

C'est en tout cas rarement l'«objet» bande-annonce en soi qui nous plaît, les trailers ayant hélas tendance à tous se ressembler, ou du moins à ne pas vraiment faire preuve d'originalité. S'agirait pas de perdre un spectateur potentiel avec du compliqué, quitte à ressembler au tout-venant.

Le film du jour, An Oversimplification of her beauty, écrit, réalisé et interprété par Terrence Nance, nous a tapé dans l'oeil pour de bonnes raisons: le long-métrage a tout l'air d'être une claque poétique mixant prises de vue réelles, stop motion et animation traditionnelle. Et, cerise sur le gâteau, la dernière version de son trailer est un bijou de montage y allant à fond dans l'aspect «meta», comme en témoigne le passage où l'on voit le metteur en scène se filmer en train de produire la voix-off de la bande-annonce:

La première version du trailer, dispo sur Vimeo depuis près de deux ans, était dénuée de voix-off. Il faut dire que le film a beaucoup plus «à vendre» désormais: depuis sa première projection au festival de Sundance en 2012, il y a près d'un an et demi, il s'est attiré les louanges d'un paquet de critiques au cours de ses passages en festival. Mieux encore: Jay-Z lui-même, visiblement crazy in love du projet, est venu à la rescousse en tant que producteur exécutif pour assurer à cet étrange film romantique (le personnage principal y cherche une fille qui lui a posé un lapin) une distribution digne de ce nom.

An oversimplification of her beauty, qui comme de plus en plus de films indépendants américains a bénéficié du soutien financier d'internautes via Kickstarter, sort ce vendredi aux Etats-Unis dans une petite combinaison de salles. Espérons qu'il traverse l'Atlantique dès que possible.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte