Culture / Culture

Trailer est-il? Fresh Meat, le gore de Nouvelle-Zélande en force

Temps de lecture : 2 min

Un ex-collaborateur de Peter Jackson signe une comédie trash sur fond de gangsters et de famille cannibale.

Ne mors pas la main qui te nourrit ! - DR
Ne mors pas la main qui te nourrit ! - DR

Non, le cinéma en Nouvelle-Zélande ne se limite pas aux blockbusters de Peter Jackson fortement arrosés par les crédits d'impôts du gouvernement local. Le voisin de l'Autralie, aussi grand que le Royaume-Uni et aussi peuplé que la région Bretagne, a ainsi vu naître des metteurs en scène comme Andrew Niccol (Bienvenue à Gattaca), Jane Campion (La Leçon de Piano), Martin Campbell (Casino Royale) et Danny Mulheron, entre autres.

Si Mulheron nous intéresse aujourd'hui, c'est qu'il signe avec Fresh Meat son deuxième long-métrage (après une pelletée d'épisodes de séries) sorti l'automne dernier dans l'hémisphère sud, et dont le pitch est le suivant: des criminels pas très futés mais lourdement armés prennent en otage une famille dans une banlieue pavillonnaire. La famille, de classe moyenne, est d'origine Maori –autrement dit issue des populations polynésiennes autochtones du pays– et s'avère par ailleurs être cannibale.

Profitons par ailleurs de l'occasion pour comparer la façon de «vendre» le film côté Nouvelle-Zélande où la bande-annonce, bien plus décalée, fait référence à des films cultes locaux comme Paï ou L'Âme des Guerriers (dont la star Temuera Morrison joue ici le rôle du patriarche cannibale) tout en évoquant les pulsions lesbiennes d'un personnage:

... tandis que le trailer américain, produit pour annoncer la projection imminente du film au festival de Tribeca, est bien plus classique et souligne le côté bad-ass de la chose, à grand renfort de plans de bimbo armée filmée au ralenti en Cinemascope et contre-plongée:

Le cinéma de genre nous a habitué depuis un bail au classique retournement de situation sur l'air «des méchants en cavale tombent sur des gentils qui ne le sont pas tant que ça». On fait toutefois confiance à Fresh Meat pour renouveler un peu le genre en optant pour la comédie gore: rien de très étonnant sachant que Danny Mulheron a travaillé avec Peter Jackson sur le jouissif film Les Feebles.

Tourné en 1989, soit entre les bien trash Bad Taste et Brain Dead, Les Feebles est le deuxième film de Jackson. Cette parodie gore du Muppet Show a été co-écrite par Mulheron, qui a d'ailleurs aussi donné un peu de sa personne puisqu'il «incarne» le personnage de Heidi l'hippopotame. Mais si, rappelez-vous, c'est le personnage qui trucide tout le monde à la mitraillette pendant qu'un renard gay entonne sur une scène de cabaret une chanson intitulée Sodomy! Ah, Peter Jackson pré-Tolkien, tu nous manques tant...

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters