CultureCulture

Trailer est-il? My Awkward Sexual Adventure, l'apprenti coquin

Alexandre Hervaud, mis à jour le 05.04.2013 à 15 h 39

Cette comédie mâtinée de sexe semble être le rejeton bâtard entre les gaudrioles post-American Pie et les films de Judd Apatow.

La fille a une culotte, ceci n'est pas NSFW - DR

La fille a une culotte, ceci n'est pas NSFW - DR

Quand un film choisit de mettre en évidence sur son matériel promotionnel (poster, bannière pour sites web, etc.) la citation «Sans aucun doute la plus drôle comédie sexuelle canadienne jamais réalisée», on sait que le long métrage en question va titiller notre intérêt, quand bien même la citation en question vient du laïus d'un modeste festival ciné de Colombie britannique. L'affiche de ce film (qui sort au Canada dans une dizaine de jours) annonce effectivement la couleur:

Le film bénéficiant d'un tel aura, c'est My Awkward Sexual Adventure, que l'on traduira par «Ma Gênante Aventure Sexuelle», mais qu'on verrait bien retitrée de manière putassière en France (on est un peu les spécialistes) par «40 ans, quasi puceau» ou «40 ans, toujours blaireau», proximité thématique avec le film de Judd Apatow oblige.

Le pitch de ce film signé Sean Garrity, écrit et interprété par Jonas Chernick, est le suivant:

«Largué par sa petite amie qui le trouve trop médiocre au lit, un comptable coincé entreprend de la reconquérir avec l'aide d'une danseuse exotique qu'il l'initie à l'univers des travestis, des sadomasochistes et des masseuses érotiques.»

Passons rapidement sur l'aspect über-macho de ce postulat qui hérissera sans doute plus d'un poil de (la) Barbe. La –très relative, certes– proximité avec Apatow s'arrête bien évidemment à l'aspect «comédie avec couple en crise saupoudrée de problèmes de fesses», car contrairement aux films du très prude –d'aucuns diraient conservateur– réalisateur de Funny People, My Awkward Sexual Adventure n'hésite pas à faire commettre à son héros «les pêchés de la chair» et à verser dans la gaudriole sexy post-American Pie, ce que la généreuse bande-annonce suivante illustre bien:

Ainsi, dans 40 ans, toujours puceau, Steve Carell souffre le martyr (et le spectateur se bidonne) lors d'une épique séance d'épilation. Le film canadien propose une scène assez proche, mais au résultat clairement plus trash puisqu'on y voit le héros ardemment branlé par une professionnelle avec pour seul objectif le fait de retarder au maximum son éjaculation. Pas vraiment le genre de péripétie dans laquelle on trouverait un héros made in Apatow –on parle bien ici de ses propres mises en scènes, pas des films qu'il produit pour les autres– mais on ne lui en tiendra pas rigueur.

D'autant que si le message de My Awkward Sexual Adventure s'avère être quelque chose comme «pour garder votre copine, tapez-vous tout ce qui bouge histoire d'être un cador au plumard», pas sûr qu'on gagne au change.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte