CultureCulture

Michel Houellebecq: «Mieux vaut s'écouter parler»

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 02.04.2013 à 13 h 32

Alexis Duclos, Paris, Octobre 2008, © site officiel houellebecq.info

Alexis Duclos, Paris, Octobre 2008, © site officiel houellebecq.info

Michel Houellebecq publie un nouveau recueil de poèmes, intitulé, (dans la droite lignée de ses oeuvres, syntaxe et lexique semi-scientifique, semi-onirique) Configuration du dernier rivage. Sa poésie est très belle, le fond est sensiblement le même que d'habitude: une écriture au néon face à un monde morne et glutineux. Dépressifs tentés de s'en sortir, s'abstenir.

Il fallait qu'une star comme Houellebecq sorte un recueil pour que de la poésie se fraye un chemin dans les médias. Le lauréat du Goncourt 2010 accorde un long entretien à Libération qui en fait sa une. Il y explique sa conception de la poésie, sa place dans la société, la différence de rapport qu'il entretient à la poésie et au roman, la façon dont sa poésie donne à voir une image plus complète de lui:

«Dans les romans, il manque des facettes. En particulier, un côté interdit par rapport au monde. Si l'on considère tous mes poèmes, on s'aperçoit qu'il n'y a pas d'autre unité que moi. Ce qui est déjà important. A supposer qu'il existe des lecteurs qui m'aiment beaucoup, alors ils font comme je fais avec les auteurs que j'aime, ils lisent tout. Car ce qu'on cherche, au fond, c'est le contact avec une personnalité.»

Houellebecq évoque aussi le recueil lui-même et explique notamment comment il l'a conçu:

«Dans ce nouveau recueil, j'ai mis de très anciens [poèmes], pour lesquels je n'avais jusque-là pas trouvé de place. (...) Mais il y a des choses nouvelles dans ce recueil. Les deux premiers poèmes par exemple. Jamais je n'avais fait dans le dépouillement. Je suis assez content, parce que ce n'est pas très facile. Et, en même temps, c'est une voie plutôt suicidaire. A force de dépouiller, on ne fait carrément plus rien. On fait comme Emily Dickinson. Mieux vaut finir comme Victor Hugo, trop ample. Mieux vaut s'écouter parler, on est plus heureux.»

Exemple de poème, extrait de «Mémoires d'une bite»:

«J'ai connu bien des aventures,
Des préservatifs usagés
J'ai même visité la nature,
Et je l'ai trouvée mal rangée.

J'ai traversé le Pentothal,
J'ai bu des Tequila Sunrise
Ma vie est un échec total,
I know the moonlight paradise.»

 

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte