CultureCulture

Trailer est-il? Emilie, comédie romantique à la sauce transmedia

Alexandre Hervaud, mis à jour le 26.03.2013 à 16 h 21

Après «Starbuck», le cinéma québécois nous sort son «Mary à tout prix» qui se dévoile d'abord sur le Net, façon rom-com interactive.

C'est pour offrir ? - DR

C'est pour offrir ? - DR

Le succès du très réussi Starbuck (dont 93 projets de remakes, notamment un français avec José Garcia, sont sur les rails) a remis la comédie québécoise sur le devant de la scène, et montré que malgré les pseudo-barrières (accent, différences culturelles, etc.) le genre peut évidemment s'exporter au pays de Dany Boon. En fouinant sur le fil YouTube de la chaîne TV de Radio Canada, on a d'ailleurs peut-être trouvé le successeur du carton de Ken Scott: une comédie romantique intitulée Émilie, sorte de Mary à tout prix sauce poutine, qui sortira le 19 avril outre-Atlantique.

Le pitch n'a a priori rien d'exceptionnel et ne révolutionne pas, à première vue, le genre de la romcom: «Le jour même de son départ pour une nouvelle vie à l'étranger avec son amoureux, Émilie est entraînée dans un chassé-croisé à travers Montréal impliquant les quatre hommes de sa vie.»

La courte bande-annonce laisse apercevoir quelques gags efficaces, une réalisation dynamique, mais surtout, une URL (radio-canada.ca/emilie) qu'on s'est empressé de taper dans le navigateur. Et grand bien nous en a pris puisqu'on a alors compris l'originalité du projet, à savoir sa nature transmedia.

Avant sa sortie salle, Émilie se dévoile en effet via quatre épisodes interactifs sur le site de Radio Canada conçus par yako, alias Jean-Christophe Yacono, designer et réalisateur. Et notez bien que le terme interactif n'est pas ici utilisé à la légère: ayant testé avec les deux premiers épisodes (le troisième sera en ligne jeudi), on a ainsi pu «choisir à la place du personnage» à diverses reprises, façon jeu vidéo, mais également téléphoner à un des personnages, qui nous a ensuite rappelé à son tour via un système de message pré-enregistré diffusé de manière synchrone à l'image sur l'écran.

Différents sites web façons easters eggs comme un faux chauffeur de taxi ou une fausse strip-teaseuse via webcam ont également été mis en ligne autour du film. Ci-dessous, un avant-goût de l'épisode 1:

Du beau boulot résumé par le réalisateur du film et co-scénariste des pastilles web, Guillaume Lonergan, qui a déclaré:

«On voulait aller au-delà de ce qui se fait généralement dans la websérie au Québec, qui est en fait, de la télé sur le web. On voulait exploiter les possibilités que nous offre la technologie aujourd’hui.»

La bonne nouvelle, c'est que l'expérience est totalement accessible aux internautes français. Ayant l'habitude de brancher le VPN pour accéder à certains contenus canadiens (notamment le replay des séries sur la plateforme Tou.tv), on s'attendait à être bloqué, d'où la bonne surprise devant cette absence de géorestriction. Mieux encore: dans l'épisode 2, l'utilisation du téléphone portable, obligatoire pour «avancer» dans l'épisode, fonctionne sans surcoût. L'adresse IP française reconnue, c'est un numéro français qui s'affiche et que l'on doit appeler pour influer sur le cours de l'épisode.

Alors que cinématographiquement parlant, la comédie romantique made in France monte plutôt des signes de bonne santé (cf. La Stratégie de la poussette, 20 ans d'écart, et peut-être bientôt Amour et Turbulences), le versant numérique est souvent absent de la réflexion créatrice, et n'intervient qu'en dernier recours, pour la communication, avec (dans le meilleur des cas) des sites dédiés originaux comme celui autour d'Une chanson pour ma mère. Ce dernier propulse Dave en néo-Norman fait des vidéos, pourquoi pas.

Dans le cas d'Émilie, le web n'a rien d'un artifice extérieur imaginé une fois le film bouclé, mais participe pleinement à la narration du projet, dès sa conception. Et on ne parle pas ici d'un obscur webdocumentaire ou d'un jeu pour hardcore gamers, mais bien d'une comédie populaire produite par une chaîne publique! Puisse France Télévisions s'inspirer de ce genre d'initiatives...

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte