Culture / Culture

La pochette de «The Dark Side of the Moon» revisitée pour les 40 ans de l'album

Temps de lecture : 2 min

L'un des visuels réalisé par Storm Thorgerson
L'un des visuels réalisé par Storm Thorgerson

Le 23 mars 1973 sortait en Grande-Bretagne The Dark Side of The Moon, le huitième album du mythique groupe de rock Pink Floyd. Véritable tournant dans la carrière du groupe, il est devenu l'un des disques les plus vendus de tous les temps, avec 50 millions de copies écoulées dans le monde, et quatorze années de présence dans le classement hebdomadaire des 200 meilleures ventes d'albums aux Etats-Unis.

Dans The Dark Side of The Moon, il n'y a pas seulement la musique, audacieuse et élaborée, qui est devenue culte. L'image sur la pochette, représentant un prisme dispersif, est devenue également incontournable.

Quoi de mieux alors pour fêter l'anniversaire de l'album que de demander à Storm Thorgerson, du groupe de graphistes Hipgnosis, l'un des créateurs de la pochette originale (ainsi que de celle de A Saucerful of Secrets et d'autres albums du groupe tout aussi mythiques), de revisiter le célèbre prisme en attendant la célébration officielle? Voici une sélection strictement subjective (les autres pochettes se trouvent ici) de ses recréations, influencées, entre autres, par Salvador Dali et Roy Lichtenstein

Mathilde Sagaire

Newsletters

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Newsletters