CultureCulture

De nombreux hommages au musicien américain Jason Molina, disparu samedi

Slate.fr, mis à jour le 19.03.2013 à 12 h 55

Magnolia Electric Co., en 2005. Jason Molina est au centre. Dylan Long.

Magnolia Electric Co., en 2005. Jason Molina est au centre. Dylan Long.

Le musicien américain Jason Molina, leader des groupes Songs: Ohia et Magnolia Electric Co., est mort, samedi 16 mars, à l'âge de 39 ans. Son décès a été annoncé lundi par son label, Secretly Canadian, qui pleure «la voix sans pareille» de celui qui avait publié, sous différents alias, près de vingt albums, dont le superbe Magnolia Electric Co. (2003).

Sur le web français, il faut notamment les hommages que lui rendent Joseph Ghosn («un Neil Young pour nous autres, ceux de la génération des illusions mortes nées. [...] Il vaut tout le reste, trois de ses accords suffisent à remplir une vie»), Rock My Days («Je ne comprends toujours pas comment un type qui semblait si ordinaire a pu faire une musique si extraordinaire. [...] Il n’avait que sa banalité à offrir en armure. C’était une espèce de bourrin aimable ou de poète pouilleux») ou I Left Without My Hat («S'il y a bien un artiste qui mettait de l'âme dans sa musique, c'est bien lui»). Le journaliste de Libération Sophian Fanen, qui signe sa nécrologie, a également compilé une playlist de ses plus belles chansons.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte