Culture

Trailer est-il? Saga ou l'heroic-fantasy version cinéma indépendant

Temps de lecture : 2 min

Peter Jackson n'a pas le monopole des Orcs: en dehors du sérail hollywoodien, une autre heroic-fantasy est possible.

Sauvez Willy - Arrowstorm Entertainment
Sauvez Willy - Arrowstorm Entertainment

Pendant longtemps, l'heroic-fantasy sur grand écran était réservée, pour ne pas avoir l'air ridicule, aux grands studios capables d'aligner les biffetons nécessaires à la création de mondes merveilleux, de monstres terrifiants et de prothèses orthopédiques poilues.

Sous-financer un film de ce genre tout en voulant se la jouer Peter Jackson en Terre du Milieu était l'assurance d'aboutir à un résultat gênant du style les séries carton pâte (mais sympathiques, certes) Xena et Hercules (voire Young Hercules, avec un Ryan Gosling pubère).

Et puis quelque chose a changé. Ce quelque chose, c'est bien entendu la démocratisation du numérique (rappelons que la trilogie Seigneurs des Anneaux, contrairement au Hobbit, était tourné en 35mm) qui a permis aux apprentis Peter Jackson d'offrir des images et effets spéciaux corrects sans avoir à hypothéquer leur rein.

Les fan films autour de Tolkien, comme The Hunt for Gollum, ont pleinement participé à l'émancipation du genre, tout en restant alors dans le champ amateur. Des sociétés de productions indépendantes ont flairé le filon, et sachant que créer un dragon relativement crédible en images de synthèse n'est plus l'apanage des majors, pas étonnant d'en voir débarquer dans les films fauchés des filous de The Asylum, par exemple. D'autres sont moins opportinistes, à l'image d'Arrowstorm Entertainment, fondé par des fans de fantasy et de SF.

Arrowstorm fournit depuis moins de deux ans à rythme régulier des films d'heroic-fantasy produits de manière indépendante mais néanmoins pas tournés sur fond vert et dans un hangar californien, puisque la plupart des scènes extérieures sont tournées en Irlande. Pas mal pour une petite boîte modeste basée à Provo, dans l'Utah!

L'un de leurs derniers films s'inscrit dans un univers baptisé SAGA avec son lot d'elfes, d'orcs, de dragons, de blondinette à la Game of Thrones, etc. et a pour titre The Shadow Cabal. Du moins c'était le titre à l'époque de leur campagne de crowdfunding (réussie à hauteur de 33.000 dollars), puisqu'il semblerait que le titre actuel soit désormais Curse of the Shadow.

Pour voir les conséquences heureuses du financement participatif, qui a notamment servi à produire un monstre en images de synthèses, observons la différence entre le premier trailer mis en ligne en octobre dernier:

Et le second, publié la semaine dernière:

Dans les deux cas, les images –même si on est clairement loin de The Hobbit– suscitent plus l'envie que l'embarras, ce qui en soi mérite le respect dans le genre de la fantasy. Après, reste un élément important qui ne dépend ni du talent des infographistes impliquées ni des lieux de tournage: le scénario, qu'on espère à la hauteur des ambitions de ses producteurs.

Alexandre Hervaud

Newsletters

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio