Culture

«Average Party», un teen movie comme on n'en voit jamais

Temps de lecture : 2 min

«American Pie», «Superbad», «Projet X»... Le réalisateur de «Average Party» a vu tous ces films et décidé de faire les choses différemment.

Megateuf, excellent (DR).
Megateuf, excellent (DR).

La présente rubrique ne propose pas régulièrement de faux trailers. C'est compréhensible —il y a déjà bien assez de quoi faire avec les vrais, et puis choisir une bande-annonce fake peut-être délicat: entre les vidéos qui cartonnent et que tout le monde a déjà vu (genre Movie: The Movie: 2V de Jimmy Kimmel, avec le tout-Hollywood en guest) ou celles qui n'auraient jamais du voir le jour (Taken 3...), la sélection peut être rude.

La dernière fois que l'on s'y était risqué ici, c'était pour mentionner Skinja, petit délire sur une mère de famille stripteaseuse et ninja. On récidive aujourd'hui avec un faux trailer s'attaquant aux clichés du teen movie américain, Average Party.

Sans pour autant en être une parodie pure et simple (façon Scary Movie), Average Party, qui raconte comme son titre l'indique «une fête moyenne», s'inspire directement de deux étalons récents du teen movie: le génial Superbad produit par Judd Apatow, et le «pas si pourri que ça en fait, si si, j'te jure» Projet X, dont le titre semble désormais condamné à qualifier des faits divers à base de fiestas en banlieue pavillonnaire qui dégénèrent (ou des soirées en boîte de province). Dommage, le film méritait mieux que cet héritage foireux.

Pour en revenir au faux trailer Average Party, réalisé par Tony Yacenda, son efficacité réside dans sa déconstruction méthodique de tous les clichés des soirées «à la maison» des teen movies US, qu'Hollywood ressasse ad nauseam depuis American College: la musique à fond, le voisin râleur, les filles lascives, la murge collective, etc. Un postulat simple résumé par son slogan: «Sometimes, one big party can change your life. But usually not». Parfois, une énorme chouille peut changer votre vie. Mais en général, non. La preuve:

Tony Yacenda et certains des acteurs de la vidéo publient régulièrement depuis début 2011 des vidéos décalées sous la bannière Woodhead Entertainment. On leur doit notamment une parodie sympathique des interrogatoires musclés de Batman version Christian Bale, ou bien encore la perle qui avait fait le tour du net à sa sortie, Shark Pool, faux trailer moquant cette fois ci les dérives des shark movies décérébrés en situant l'action dans une piscine. Pour ceux qui l'auraient raté, le rattrapage est vivement conseillé:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

Le remake de la comédie musicale d'il y a 60 ans retrouve le tonus du show de l'époque tout en procédant à de multiples ajustements, pour proposer une vision d'ensemble bien différente.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Une trentaine de détenus du centre pénitentiaire de Vezin-Le-Coquet, près de Rennes, ont pu vivre à leur manière la 43e édition du festival.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio