Culture

Trailer est-il? «Kill For Me», l'autre visage du girl power

Temps de lecture : 2 min

Père abusif ou ex-petit ami violent: des cibles de choix quand on est une jeune fille aux pulsions meurtrières.

Attention derrière toi SPLOUSH ah trop tard (DR).
Attention derrière toi SPLOUSH ah trop tard (DR).

Il y a un peu plus d'un mois, la présente rubrique s'intéressait au film Girls against boys, au titre on ne peut plus explicite, qui nous inspirait la conclusion suivante : «le film (…) semble avoir le cul entre deux chaises, puisque par certains aspects, comme le côté cosplay de la chose avec ces tueuses déguisées en écolières nippones sexy, les deux anti-héroïnes ont plus l'air de sortir du fantasme d'un pervers que d'une véritable réflexion féministe. Un comble, tout de même». Aujourd'hui, c'est un film sacrément similaire en terme de pitch qui nous a tapé dans l'oeil : Kill for me. Et à nouveau, le titre résume bien la chose. A ceci près qu'ici, à en juger par les premières images, Kill for me n'a pas opté pour le fétichisme sexy de Girls against boys.

Les deux héroïnes du film se rencontrent à l'université, où elles deviennent collocs. Très vite, elles réalisent qu'elles partagent un point commun gênant, à savoir la présence d'un homme violent et abusif dans leur vie. Pour l'une, il s'agit de son paternel amateur de baffe dans la tronche (incarné par le génial Daniel Logue, des séries Parents à tout prix et Terriers), pour l'autre de son ex petit copain possessif. Et quand l'une tue accidentellement le bourreau de l'autre, elle s'attend bien entendu à une certaine réciprocité.

Kill for me est le deuxième long métrage du réalisateur canadien Michael Greenspan, qui s'était fait connaître avec le film Wrecked (retitré Lost Identify pour sa sortie vidéo en France) dans lequel Adam Brody s'échappait tant bien que mal de la carcasse de son auto après un violent crash. Pour le casting des deux jeunes (et jolies) demoiselles têtes d'affiche, Greenspan a visiblement zappé sur son petit écran puisqu'il a dégoté la charmante Tracy Spiridakos (révélée dans la version US de Being Human puis Revolution) et Katie Cassidy (Supernatural, Gossip Girl et actuellement Arrow). Visiblement, les deux actrices avaient très envie de casser leur image de chair à séries pour network en acceptant Kill for me, et on peut les comprendre.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio