Culture

Trailer est-il? «Code Name Geronimo», l'ersatz de «Zero Dark Thirty»

Temps de lecture : 2 min

Boudée aux Oscars, la traque de Ben Laden revient bientôt en vidéo via deux films concurrents conçus sur fond de rivalité et de rancoeur.

Le Seal vous plaît? (DR)
Le Seal vous plaît? (DR)

En récompensant Argo tout en snobant Zero Dark Thirty, l'Académie des Oscars a préféré distinguer un film glorifiant la CIA des années 70 branchée films de science-fiction plutôt qu'un film glorifiant la CIA des années 2000 branchée torture porn. Kathryn Bigelow ne renouvelle donc pas l'exploit de son Démineurs en 2010, mais l'actualité des sorties vidéo vient nous rappeler à quel point la relation entre la réalisatrice et son producteur français de Démineurs se sont dégradées depuis leur razzia de statuettes.

Le 3 avril prochain sortira en France (directement en vidéo) le film Code Name: Geronimo, sorti l'an dernier aux Etats-Unis sous le titre Seal Team Six: The Raid On Osama Bin Laden après avoir été acheté par le mogul Harvey Weinstein. Réalisé par John Stockwell avec un casting de gueules connues des amateurs de séries B (Xzibit, Robert Knepper, William Fichtner), le film raconte l'assaut contre la cachette de Ben Laden, le tout avec un budget moindre que Zero Dark Thirty, qui sortira en DVD un mois plus tard en France. Pour la similitude visuelle, le trailer déjà visible depuis plusieurs mois est assez éloquent:

Là où les choses prennent une tournure plus vicieuse, c'est que Code Name: Geronimo est produit par Nicolas Chartier sous la bannière Voltage Pictures. Or, c'est ce même Chartier qui avait produit Démineurs —et l'affiche française de Code Name: Geronimo le souligne fortement. L'ex collaborateur de Kathryn Bigelow est donc derrière un projet concurrent sorti avant Zero Dark Thirty outre-Atlantique.

Rappelons que Chartier s'était fait remarquer, en mal, pour deux raisons en 2010: il avait d'abord été persona non grata à la cérémonie des Oscars après avoir mené campagne par mail contre Avatar, une attaque contraire aux règles de la cérémonie. Inutile de dire que Bigelow n'avait sans doute pas apprécié.

De plus, Chartier s'était attiré les foudres des internautes en participant à un programme anti-piratage qui s'apparentait plus ou moins à de l'extorsion, en menaçant des internautes ayant téléchargé Démineurs de poursuites judiciaires s'ils ne payaient pas une certaine somme. Sachant que ce Code Name: Geronimo a été diffusé à la télévision américaine en novembre dernier, personne ne sera surpris d'apprendre qu'il est depuis belle lurette disponible sur les Internets: on ne sait si son producteur compte à nouveau mener un raid contre les terroristes du téléchargement.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

Le remake de la comédie musicale d'il y a 60 ans retrouve le tonus du show de l'époque tout en procédant à de multiples ajustements, pour proposer une vision d'ensemble bien différente.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Une trentaine de détenus du centre pénitentiaire de Vezin-Le-Coquet, près de Rennes, ont pu vivre à leur manière la 43e édition du festival.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio