Culture / Culture

Reconnaissez-vous ces pochettes d'albums?

Temps de lecture : 2 min

Vous reconnaissez le fragment de pochette d'album ci-dessus?

Non, vraiment pas? Et cette pochette-ci?

Toujours pas? Un dernier essai?

Si vous n'avez pas reconnu ces pochettes d'albums, c'est évidemment qu'elles ont été totalement retravaillées: leur «créateur», le designer Matt Booth, a résumé chaque ligne de pixels d'une trentaine de pochettes en une seule couleur «moyenne» —un principe qui rappelle un peu celui du blog MovieBarcode, qui synthétise des films en un code-barre dont chaque ligne verticale est constituée d'une image du film «compressée».

D'où par exemple, pour London Calling ci-dessus, ces nuances de violet qui mélangent au noir et blanc de la photo de Paul Simonon fracassant sa basse la couleur rose du «London», puis ce vert qui est celui du «Calling»... (les deux autres pochettes étaient aussi celles de grands classiques, respectivement Abbey Road des Beatles et Aladdin Sane de David Bowie).

Comme l'écrit Matt Booth, il est intéressant de voir que certaines de ces pochettes sont «encore reconnaissables». Une fois qu'on connaît l'astuce, il est ainsi un peu plus facile de reconnaître The Fat of the Land de Prodigy.

Quant à l'image ci-dessous, en plissant bien les yeux dessus, vous devriez y trouver un bébé, un billet de banque et un hameçon.

J.-M.P.

Photos: Matt Booth.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters