CultureCulture

Disparition de Kevin Ayers, fondateur de Soft Machine et héros du rock psychédélique britannique

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 20.02.2013 à 17 h 39

Kevin Ayers lors d'un concert gratuit à Hyde Park, le 29 juin 1974. TimDuncan via Wikimedia Commons.

Kevin Ayers lors d'un concert gratuit à Hyde Park, le 29 juin 1974. TimDuncan via Wikimedia Commons.

Il est toujours un peu triste d'attendre la disparition d'un artiste dont on ne connaît l'oeuvre qu'en partie pour écouter certains de ses disques, qu'il s'agisse d'un album majeur ou d'une sortie récente. Regrets du rattrapage rétrospectif: dans les jours à venir, il est probable que j'écoute l'album éponyme de Soft Machine (1968) et Unfairground (2007), qui ouvrent et ferment la carrière du Britannique Kevin Ayers, dont le magazine britannique Mojo nous apprend la disparition, lundi 18 février, à l'âge de 68 ans, à Montolieu (Aude).

Le Telegraph cite les propos du DJ et journaliste disparu John Peel, selon qui il était «l'innovateur le plus important et sous-estimé de la musique britannique contemporaine». Ayers avait fait partie des membres fondateurs de Soft Machine (avec Robert Wyatt), au sein duquel il passa deux ans avant de se lancer dans une carrière solo qui le vit collaborer avec pas mal de fêlés de la pop: le reclus Syd Barrett, avec qui il enregistra à la fin des années 1960, Brian Eno, John Cale ou Nico, avec qui il participa à un concert célèbre le 1er juin 1974 au Rainbow Theatre de Londres.

A la clef notamment, une poignée de splendides albums solos enregistrés avant la trentaine, au tournant des années 1960-70, et réédités il y a une dizaine d'années: Joy of a Toy, Whatevershebringswesing, Bananamour.

Entre psychédélisme doux, parfois quasiment soul, et embardées jazzy ou grinçantes, on voyait flotter tour à tour sur ses compositions de ménestrel moderne quelque chose du songwriting de Nick Drake ou de Lou Reed.

J.-M.P.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte