Culture

Trailer est-il? It's a disaster, rions (encore) avec l'Apocalypse

Temps de lecture : 2 min

Un brunch, des couples invités, la fin du monde arrive et les choses dégénèrent illico, entre orgies et règlements de comptes.

L'ami Ricoré, toujours aussi relou - DR
L'ami Ricoré, toujours aussi relou - DR

Le «temps médiatique» étant ce qu'il est, notre tant attendue fin du monde a rejoint Florence Cassez, Lana del Rey et François-Marie Banier au cimetière des sujets d'actu fanés. Ainsi va la vie dans le domaine du #buzz, mais attention, le rendez-vous manqué avec l'apocalypse fin décembre 2012 ne signifie pas pour autant que le sujet est devenu has been, du moins pas au cinéma.

Après le plutôt sympathique Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare avec Steve Carell sorti l'an dernier, le cinéma indépendant américain remet le couvert avec It's a disaster, comédie écrite et réalisée par un certain Todd Berger, dont on peut citer les titres de gloires suivants: il a écrit quelques-unes des déclinaisons courtes en vidéo de Kung Fu Panda et joué dans le barré Southland Tales.

Le pitch est le suivant: plusieurs couples –dont un petit nouveau, récemment acoquiné à l'une des filles de la bande– se retrouvent dans une maison pour un brunch dominical. Rien d'anormal si ce n'est que pendant ce temps, la fin du monde (via ce qui semble être une attaque terroriste à base d'armes chimiques) est enclenchée, obligeant les invités à se retrancher et passer les dernières heures de leur vie ensemble, quitte à se lâcher un peu pour l'occasion.

Sans être d'une originalité folle, le pitch prometteur du film, dont les critiques sont plus qu'élogieuses, a le potentiel de déboucher sur un huis clos comique intense, d'autant que le casting est plutôt sympathique: on retrouve en effet le toujours hilarant David Cross (éternel Tobias Fünke dans la série culte Arrested Development), Julia Stiles (croisée dans Dexter et revue dans le beau Happiness Therapy) ainsi que la charmante Erinn Hayes (Children Hospital, Worst Week).

Le film aura une sortie (limitée) outre-Atlantique en avril prochain, potentiellement couplée à une sortie VOD simultanée. Ah, précisons que c'est la société Oscilloscope qui distribue le film aux Etats-Unis: inventive et originale, la boîte a eu pour fondateur le regretté Adam Yauch, aka MCA des Beastie Boys.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

Le nouveau film d'Yvan Attal raconte une affaire éprouvante à travers plusieurs points de vue, invitant tous les hommes à réfléchir.

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio