« article précédent

article suivant »

Trailer est-il? Army of Frankeinsteins, monstrueuse guerre civile

Après Lincoln contre les vampires, c'est Frankeinstein qui débarque en pleine guerre de Sécession.

Les bras lui en tombent - DR

On connaît les pratiques parfois douteuses de petites boîtes de productions prêtes à tromper le chaland en sortant des séries Z sous des titres extrêmement proches de blockbusters américains, comme par exemple Transmorphers, Snakes on a train et autre The Terminators.

Une pratique qui ne date pas d'hier régulièrement évoquée dans cette chronique, mais qui ne vise désormais plus seulement que les gros budgets hollywoodiens: même entre eux, les films de série B se tirent la bourre et s'auto-pompent royalement.

Prenez par exemple Army of Frankeinsteins, dont la première bande annonce a fait son apparition début 2013 sur les Internets.

Réalisé par un certain Ryan Bellgardt dont c'est le premier film, ce film d'horreur est basé sur un postulat plutôt rigolo: tabassé par une bande de vauriens après avoir loupé sa demande en mariage, un jeune homme est recueilli par un savant fou. Le scientifique parvient à créer une brèche spati-temporelle faisant apparaître une armée de monstres de Frankeinstein, le tout étant par la suite envoyés au XIXe siècle, en pleine bataille de la guerre civile.

De quoi permettre de comprendre le slogan du film «Lincoln n'a pas libéré les esclaves tout seul»

Si le pitch prometteur et les premières images qui lorgnent vers l'univers steampunk ont de quoi titiller les amateurs d'uchronie et d'horreur, le souci est que le film porte un titre extrêmement proche de celui d'un autre film très attendu par les fans de cinéma bis: Frankenstein's Army.

Ce dernier, un found footage récemment présenté au festival de Rotterdam (son réalisateur est hollandais), avait réussi à piquer la curiosité du web avant même d'être tourné, en sortant un teaser alléchant en 2011:

En mixant nazis, science fiction et horreur, ce Frankenstein's Army semble suivre l'exemple de Iron Sky (qui sort enfin en France, directement en vidéo, ce mois de février) et vient d'ailleurs de trouver de nouveaux distributeurs, notamment dans l'Hexagone.

De son côté, Ryan Bellgardt, réalisateur de Army of Frankensteins, se justifie sur YouTube, écrivant en commentaire:

«Pour info, à part des titres similaires, ces films n'ont rien en commun, ils sont complètement différents niveau scénario.»

Et pour le coup, on ne peut le contredire, d'autant que le personnage de Frankenstein est entré depuis belle lurette dans le domaine public... 

Alexandre Hervaud

1 réaction

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte