Culture / Culture

Trailer est-il? Cold War, recommandé par Jean-Claude Van Damme

Temps de lecture : 2 min

Le polar Cold War montre Hong Kong déchiré par la corruption et les attentats terroristes.

Pouce en l'air - DR
Pouce en l'air - DR

Alors qu'on digérait péniblement le déjeuner dominical en profitant des dernières heures du week-end, un statut Facebook du bon vieux Jean-Claude Van Damme attira notre attention dimanche après-midi.

L'acteur/réalisateur souvent cantonné aux films pour le marché vidéo mais revu sur grand écran récemment via Expendables 2 utilise en effet régulièrement le réseau social (ou ses assistants, peu importe) pour tenir ses fans au parfum sur son actu, mais également pour dire tout le bien qu'il pense de ses potes comédiens ou producteurs. Surtout producteurs, c'est eux qui embauchent et signent les chèques.

Ce dimanche, c'est le producteur Bill Kong, originaire de Hong Kong, qui a eu les honneurs des dithyrambes vandammesques à la suite de l'annonce, la semaine dernière, des nominations pour les Hong Kong Film Awards. Parmi les longs métrages distingués par ces César locaux, on retrouve le polar Cold War produit par Bill Kong.

Le film a raflé bon nombre de nominations et pourrait donc succéder à d'autres films distingués au cours de cette cérémonie (Infernal Affairs, Tigre et dragon ou encore Shaolin Soccer).

Sorti l'automne dernier à Hong Kong, où vit souvent l'acteur de Double Impact, le film est décrit par Van Damme comme «un thriller très impressionnant» et raconte la lutte de pouvoirs entre deux grands flics confrontés à des enlèvements de policiers doublés de menaces terroristes.

Au casting, on retrouve des têtes connues comme Tony Leug (celui qui a joué dans l'Amant, pas son quasi homonyme de In the Mood for Love) ainsi qu'Andy Lau (Infernal Affairs). Ce dernier jouait d'ailleurs dans Une Vie Simple, sacré meilleur film en 2012 aux derniers Hong Kong Film Awards, qui sortira en France en mai prochain.

Pour ce Cold War, on pencherait plutôt sur une sortie direct-to-video (et pas forcément avec des Asiatiques sur la jaquette, ça marche mieux sans pour les ventes, a priori).

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

«Matrix», «Fight Club», «Eyes Wide Shut» et «Sixième Sens» ont 20 ans. Fleurons d’une exceptionnelle année, ces films américains exprimaient brillamment les angoisses de la fin de siècle.

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Même les cinéastes, qui soignent tant les costumes, semblent s'en désintéresser. Pourtant, la langue parlée par quelques grands acteurs de l'histoire a laissé des traces profondes.

Newsletters