Tech & internetCulture

La disparition de John Karlin, révolutionnaire inventeur du clavier du téléphone

Johan Hufnagel, mis à jour le 10.02.2013 à 17 h 26

- Bored Jesus-Leon via Flickr CC License by -

- Bored Jesus-Leon via Flickr CC License by -

Avec la mort, le 28 janvier, de John Elias Karlin, je vais vous parler d’un temps que les moins de 20 ans, voire 30 ans, n’ont pas connu. Un temps où les téléphones n’étaient évidemment pas portable, encore moins smart, et où pour composer le numéro de votre correspondant —pas le 22 à Asnières, faut pas exagérer —, il fallait patiemment mettre son doigt dans un cadran, tourner vers la droite jusqu’à une petite butée, et attendre que le cadran revienne à sa position initiale avant de pouvoir composer le chiffre suivant. Etc. Heureusement, en général, on ne composait que six chiffres à cette époque. Bref, ça ressemblait à ça:

Revenons à John Elias Karlin, décédé la semaine dernière aux Etats-Unis, à qui le New York consacre une nécrologie ce samedi. Né en Afrique du Sud, il y a 94 ans, immigré aux Etats-Unis, John Karlin, un total inconnu du grand public, est pourtant l’homme qui a révolutionné nos vies en changeant notre façon de téléphoner. Car c’est lui, multidiplomé en psychologie, philosophie et électronique, ancien étudiant du MIT, qui a fait passer le cadran de vie à trépas pour imposer ce que nous utilisons aujourd’hui tous les jours : le téléphone à touches.

John Karlin en 1965. © Alcatel-Lucent USA Inn, via New York Times.

En 1945, Karlin débute sa carrière dans les Bell Labs, un laboratoire de recherches propriété de grandes compagnies de téléphone, ATT et Western Electric Companies. Avec son équipe, il va créer le téléphone à touches, qui sera testé à partir du 18 novembre 1963. Les premières modèles possèdent deux rangées de boutons horizontaux: Du 1 au 5, puis du 6 au 0. Ils ne sortiront jamais des labos. Le clavier qui allait tout changer allait d’abord connaître plusieurs designs: boutons en cercle, boutons en arc de cercle, rectangulaire…

Le clavier qui allait finir par s’imposer, sur la base de tests d’observation de groupes d’études —on allait analyser la vitesse de composition des numéros, les préférences des utilisateurs — est celui qui existe encore aujourd’hui: 10 touches, par rangées de trois de 1 à 9, avec le 0 centré en dessous, avec le 123 en haut. A deux différences près: les téléphones possèdent toujours ce même design, également à l’usage sur les calculatrices, les écrans tactiles et certains claviers d’ordinateurs — dans ce dernier cas, inversé, 789 en haut (1). On leur a ajouté deux touches: l’étoile et le dièse.

JH

(1) La précision sur la place des chiffres sur le clavier d'ordinateur était faux. Avec les excuses de la rédaction.

Johan Hufnagel
Johan Hufnagel (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte