Culture / Culture

«Photos de trous du cul»: Joseph Gordon-Levitt contre les paparazzi

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de «Pictures of Assholes»
Capture d'écran de «Pictures of Assholes»

Joseph Gordon-Levitt a récemment fait ses débuts de réalisateur au festival de cinéma de Sundance, avec Don Jon's Addiction, qui lui a valu des critiques dithyrambiques et devrait sortir aux Etats-Unis cet été.

Mais l'acteur travaille son talent de mise en scène depuis des années, comme le montre une vieille vidéo très partagée ce week-end après avoir été postée sur le réseau social Reddit.

Dans Photos de trous du cul, Joseph Gordon-Levitt tourne sa caméra vers une paire de paparazzi agressifs, les mettant étonnamment mal à l'aise au passage. Les hommes sont immédiatement sur la défensive quand il leur demande malicieusement leur nom –«Trou du cul» et «Trou du cul Junior», répond l'un d'entre eux–, et se mettent à l'insulter quand il commence à les suivre.

L'un d'eux note que Nicole Kidman, une bien plus grande star que Gordon-Levitt à l'époque, participait avec bien plus de bonne volonté à leurs activités «journalistiques».

Mais le moment le plus fascinant de la vidéo est peut-être celui où Gordon-Levitt fait admettre à l'un des deux la raison pour laquelle ils tenaient tant à le prendre en photo. «On a vu, tu sais, une jeune star, tu sais, avec un autre mec», dit-il tout en euphémisme, faisant référence à l'ami avec qui était Joseph-Gordon Levitt.

«Ça sous-entend que, que quelque chose se passe... Je sais pas, tu sais, tout le truc du est-il gay ou pas intrigue les gens.»

L'acteur coupe toute réaction audible de sa part à cette révélation, et n'en parle pas dans sa description de la vidéo.

Ce que Gordon-Levitt commente, en revanche, dans sa description sur YouTube, c'est la culture contemporaine de la célébrité qui, d'après lui, «n'est pas du divertissement innocemment vide, mais une partie fondamentale et puissante d'un mouvement plus général autour de l'appât du gain, de l'apathie et de la hiérarchie, un mouvement qui nous tire vers le bas en ce moment».

En 2006, l'acteur n'était pas aussi célèbre qu'aujourd'hui. Personnellement, je serais intéressée par une suite à ce petit film.

Aisha Harris

Traduit par C.D.

Aisha Harris Journaliste

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters