« article précédent

article suivant »

Les plans cul d'Emma Bovary, ou la littérature française vue par les critiques d'Amazon

«Madame Bovary» de Vincente Minnelli (1949) avec Jennifer Jones.

Vous vous dites peut-être qu'A la recherche du temps perdu est un chef-d'oeuvre, c'est acquis, que Flaubert était plutôt bon styliste et que Balzac ne s'y prenait pas trop mal non plus. Que même si vous en avez bavé pour lire certains classiques, ce sont des classiques, il faut taire vos difficultés et se souvenir que les «vrais classiques», comme aurait dit l'essayiste et professeur de littérature Henri Peyre, réalisent «un équilibre exact entre la pensée et l’émotion (c’est-à-dire le contenu de l’œuvre) et la forme». Donc bon, on ne les attaque pas.

Heureusement, les commentateurs d'Amazon ne sont pas si timides —et disent tout haut, avec beaucoup de poésie, ce que vous pensez peut-être, parfois, exceptionnellement, tout bas.

Aux Etats-Unis, le site Biblioklept a réalisé une compilation des critiques de l'Ulysse de Joyce ne comportant qu'une seule étoile sur la plateforme de ventes en ligne. Ca donne par exemple: «Je peux résumer ce livre en deux mots: casse-couilles».

Petit florilège des critiques sur nos auteurs français...[1]

Le Chef-d'oeuvre inconnu, Honoré de Balzac

«pas aimé c'est tout
ca depend des p e r s o n n e s s s
»

L'Etranger, Albert Camus

«Même si le récit donne envie d'aller plus loin, le style d'écriture (on dirait celle d'un enfant de 12 ans) est decevante... Quant au manque d'empathie du personnage principal, c'est quelque peu choquant.»

ou

«Rien ne m'a plu dans ce livre. Rien, le style, l'histoire, le personnage (bon, d'accord, lui, il n'est clairement pas fait pour plaire). Une histoire d'un mec qui en tue un autre parce qu'il y a trop de soleil à cet instant précis et que ça ne préoccupe pas plus que ça. Un personnage vide. D'accord, c'est voulu mais bon, j'ai tendance à trouver que le livre l'est tout autant, vide. Heureusement il est court et écrit gros, et encore, je me suis forcé pour le terminer.»

Madame Bovary, Gustave Flaubert

«Ouais, ben c nul...et puis qu'est ce qu'elle a à rire la Bov? Il n'y a rien de drôle... il se passe rien... Faut attendre des pages pour avoir un meurtre... le maudit pied bot... et l'Homo, le pharmacien, il deale que dalle... et plan c...l, ils font ça en bagnole... on voit rien
bref, à ne pas lire...»

Tartuffe, Molière

«Une pièce pas agréable à lire (...), l'histoire est difficle à comprendre étant donné les mots compliqués qu'il y a dans chaque phrases et de plus, celles-ci sont en rimes ce qui nous fait comprendre encore moins l'histoire du tartuffe!»

On ne badine pas avec l'Amour, Alfred de Musset

«Bof bof bof ce texte de Musset... je suis loin d'être fan du romantisme ca se vérifie ici. J'aurais mieux fait de ne pas acheter.»

Manon Lescaut, Abbé Prévost

«Manon n'a rien à voir avec Julie! Non, je ne m'attendais pas à un livre policier de notre époque... Mais aucune action, ou alors la même qui revient sans arrêt! Mademoiselle attire un jeune homme, le trompe, le récupère, le retrompe, le récupère à nouveau, etc... Et ce benêt qui insiste! On a envie de le secouer... Je n'ai pas aimé l'histoire, mais elle existe même encore de nos jours...»

A la recherche du temps perdu, Marcel Proust

«Décidément Proust n'est pas ma tasse de thé, écrit incompréhensible, sans aucun intérêt. Et dire que l'on qualifie cela de chef d'œuvre.»

La Jalousie, Alain Robbe-Grillet

«Le nouveau roman comme pure expérience de l'écriture: j'ai cru mourir à la énième description du champs de bananes...»

La Nouvelle Héloïse, Jean-Jacques Rousseau

«... sans doute les plus chiants qu'il m'ait été donné de lire. Rousseau dans sa névrose, sa mégalomanie chichiteuse. Presque aussi pénible que "L'Emile" ou le très cgtiste "Contrat Social". Quelle plaie ce Rousseau. Comme ce maniaque n'a pas écrit que des merdes, je vous conseille plutôt "Les Confessions" ou "Les rêveries du promeneur solitaire". Dans ces deux opus, notre malade mental tient la barre. Dans La Nouvelle Héloise, oh pauvre de nous...»

L'Etre et le néant, Jean-Paul Sartre

«Grand monument de l'inintelligence, ce pavé très lourd a un argument de poids, on a fait pire depuis, voir l'oeuvre de BHL, autoproclamé plus grand intellectuel de France, à conséquence de quoi, malgré la lourdeur de Sartre et de son oeuvre, on peut trouver dans cet écrit, une certaine qualité d'écriture, impossible à percevoir chez son successeur médiatique BHL, est-ce suffisant pour lire cette chose?»

C.P.

[1] L'orthographe a été modifiée. Revenir à l'article

6 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte