Culture

Trailer est-il? Resolution, une cure de désintox en attendant le Messie

Temps de lecture : 2 min

Enchaîner son copain drogué dans une maison de campagne pour le guérir de son addiction peut s'avérer dangereux.

Petite soirée ciné entre potes - DR
Petite soirée ciné entre potes - DR

Difficile de rester à jour parmi le flot incessant de nouvelles productions horrifiques américaines, la plupart n'ayant pas la chance de traverser l'Atlantique en trouvant un distributeur français –ce qui n'est pas toujours une grande perte, certes. Alors, quand un de ces films semble faire l'unanimité critique et s'attire la bienveillance de nombreux festivals, inutile de dire qu'il sort aisément du lot.

Qualifié par le site BadAss Digest de «film d'horreur malin et original qui mérite amplement d'être vu plusieurs fois», Resolution ne pouvait qu'attirer notre curiosité. Sorti dans une poignée de salles américaines fin janvier ainsi qu'en VOD, le film est co-réalisé par Aaron Moorhead et Justin Benson, ce dernier signant également le scénario de ce qui constitue sa première mise en scène – il y joue également la comédie via le rôle d'un membre d'une secte branchée ovnis, dixit IMDb.

Le film raconte comment un certain Michael entreprend de «sauver» son meilleur pote Chris, alcoolique et drogué, en l'enchaînant dans sa maison en pleine forêt le temps d'une cure de désintoxication faite avec les moyens du bord.

D'étranges phénomènes ne tardent pas à compliquer les choses, d'autant que vit non loin de là une bande d'énergumènes attendant la venue du Messie (visiblement sous la forme d'un extraterrestre).

Pour BadAss Digest, le film constitue l'une des meilleures surprises du cinéma de genre vues ces derniers mois, et le rédacteur sous le charme le compare au déjà culte La Cabane dans les bois.

Le film n'étant ni un remake, ni une suite, ni un film de zombie-vampire, ni un faux documentaire tourné caméra à l'épaule, on comprend tout de suite pourquoi tant de fraîcheur a pu séduire son public.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Nous avons rencontré Olivier Assayas, le réalisateur de la dernière série en date à être présentée au Festival de Cannes.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio