Culture

Trailer est-il? Death Metal Angola, la corne du diable de l'Afrique

Temps de lecture : 2 min

Dans une ville ravagée par la guerre, un orphelinat africain mise sur le headbanging et le gros son.

Death Metal Angola - DR
Death Metal Angola - DR

Quand on évoque le doux son du death metal (qui est, rappelons-le, un «sous-genre extrême de metal qui emploie généralement des guitares très distordues, des tremolo picking, des growling profonds, des blast beats, des clefs mineurs ou l'atonalité et des structures complexes avec de multiples changements de tempo» , dixit une fiche Wikipedia dont la consultation elle-même nécessite Wikipedia pour tout comprendre, une sorte d'Inception encyclopédique quoi), bref quand on cause de tous ces merveilleux groupes à boules Quiès cachées par une chevelure fuligineuse, on ne pense pas forcément à l'Angola, ce pays aux 20 millions d'habitants de langue portugaise situé au sud-ouest de l'Afrique.

D'ailleurs, soyons honnêtes: quitte à sombrer dans le cliché racial, on a plutôt tendance à croiser du caucasien dans les concerts de metal, et pour avoir bourlingué plus d'une fois au Hellfest, les peaux sombres qu'on y voit sont plus souvent du fait de la boue que de la pigmentation.

Ceci étant dit, le sujet du documentaire Death Metal Angola n'en est que plus attirant: ce film de Jeremy Xido qui commence à faire le tour des festivals –il était projeté dimanche soir au festival du film de Rotterdam– s'intéresse à l'organisation du tout premier festival national de rock extrême par une équipe chargée d'un orphelinat à Huambo, la deuxième ville du pays détruite par des années de guerre.

Le réalisateur du film explique dans un texte très touchant sur le site officiel de Death Metal Angola qu'il a découvert l'existence de cette scène par pur hasard, via une rencontre imprévue dans un café, alors qu'il traversait le pays pour des recherches sur un documentaire au sujet bien différent: le système ferroviaire. Niveau BO et originalité, on a plutôt gagné au change a priori.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alexandre Hervaud

Newsletters

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio