FiligraneCulture

Hilary Mantel remporte le Man Booker Prize (pour la deuxième fois)

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 17.10.2012 à 13 h 36

Bring Up the Bodies, Hilary Mantel

Bring Up the Bodies, Hilary Mantel

La romancière britannique Hilary Mantel remporte le Man Booker Prize (qui récompense le meilleur livre de fiction de langue anglaise du Commonwealth et de la République d'Irlande) pour la deuxième fois et devient ainsi «la première femme et le premier auteur britannique à remporter deux fois ce très prestigieux prix littéraire», remarque l'AFP.

L'écrivain de 60 ans a été couronnée mardi pour le deuxième tome de sa trilogie historique consacrée à Thomas Cromwell, Bring up the Bodies. En 2009, c'était le premier tome sur le conseiller du roi Henri VIII, Wolf Hall qui lui avait valu son premier Booker Prize.

Slate.com raconte:

«Printemps 1536. Dans les tavernes et les pubs de toute l'Angleterre, on chante les prouesses sexuelles d'Henri VIII: "la ballade du roi Ptitebite et de sa femme la sorcière". C'est le résultat national d'une affaire bouffonne qui était au centre de Wolf Hall, le roman historique d'Hilary Mantel qui avait déjà reçu le Booker prize. Dans ce livre, Mantel dépoussiérait la réputation de Thomas Cromwell –vieille de 500 ans, et faisant de lui un sinistre homme de main– pour mettre sur la scène mondial un personnage frais.»

La suite, Bring up the Bodies, est tout aussi brillante, selon Slate.com, mais plus rapide, plus casse-cou, «l'intrigue lancée au galop» et la mort hante le livre. Grâce à la romancière, «Cromwell n'a pas juste connu une ascension à la cour du roi, il a été élevé par le traitement de Mantel, à tel point que ce fils de basse extraction, dont le grossièreté irritait tant les seigneurs, devient la présence lumineuse de ce roman. Cette fois-ci, c'est l'humour de Cromwell, sa sensibilité, son intelligence, face à la vulgarité des dignitaires. C'est un habile tour de passe-passe».

Selon Peter Stothard, le président du jury, le livre d'Hilary Mantel primé cette deuxième fois «dépasse de loin le premier». «Cette double récompense est tout à fait méritée», notamment parce qu'elle a «réinventé les règles de la fiction historique».

Pour Slate.com, l'une des grandes satisfactions, dans le fait de voir Hilary Mantel tant récompensée, est qu'elle a été si longtemps négligée et qu'elle est désormais si courtisée, qu'elle n'est pas loin de la situation de Cromwell, d'abord honni puis complimenté par les serviteurs du roi Henry.

Mantel pourrait encore recevoir un troisième prix. La dernière partie de sa trilogie The Mirror and the Light est prévue pour 2015.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte