FiligraneCulture

La recette du best-seller

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 27.08.2012 à 11 h 38

Capture d'écran de l'infographie Hiptype.com

Capture d'écran de l'infographie Hiptype.com

Nous connaissons quelques informations générales sur les individus qui lisent. En France, l’INSEE donne régulièrement des bases chiffrées: en 2008, par exemple, un tiers des Français âgés de 15 ans ou plus déclarait lire au moins un livre par mois. La lecture concernait alors 92% des cadres mais seulement 57% des ouvriers. Et les femmes lisent toujours plus que les hommes. Mais pour le détail?

Aux Etats-Unis, le site Hiptype, plateforme de données pour les maisons d’éditions, destinée à les aider à mieux cibler leurs lecteurs, s’est employée à considérer le détail de ces lecteurs et de leurs pratiques. Elle s’est pour cela servie des données de liseuses de plusieurs marques, examinant best-sellers et romans plus confidentiels.

Mashable, qui rapporte ces données sur son site, explique que «pour son infographie, la société a étudié l’ADN d’un livre à succès de même que les habitudes de lecture des hommes et des femmes, et découvert que les femmes sont à 50% plus susceptibles que les hommes de lire un livre jusqu’au bout.»

Le parfait best-seller

A regarder les données récoltées, un auteur pourrait s’amuser à suivre la recette pour le parfait best-seller. La longueur moyenne d’un best-seller est de 375 pages. Quoi qu’’il arrive, ne surtout pas dépasser 400 pages, car 74% des gens ne le finiront pas. Choisir aussi un personnage principal féminin: les livres avec pour personnage principal une femme ont 40% de chances de plus de devenir des best-sellers.

Mettez-y une histoire d’amour: c’est le genre préféré des lectrices –et elles sont plus nombreuses que les lecteurs. Mais pour que votre best-seller cartonne vraiment, si vous pouviez faire une histoire d’amour entre deux personnages historiques, mais dont la femme soit un peu plus au premier plan que l’homme, jackpot. (Les hommes lisent en priorité des livres historiques).

Si vraiment vous voulez des lecteurs et des lectrices: écrivez un livre en deux parties: la première avec un héros masculin, la seconde avec une héroïne. Chaque sexe préfére se voir représenté au premier plan, mais les femmes vont plus avant dans la lecture que les hommes —elles sont 50% plus susceptibles de finir un livre que les hommes.

Enfin si vos chapitres pouvaient se limiter à douze pages, vous seriez sympas: de manière générale, les gens lisent douze minutes à vingt minutes de suite. A raison de 48 à 33 pages par heure, il ne faudrait pas les perdre au milieu d’un chapitre.

C.P.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte