Culture

«Funny Games», bourreaux de vacances [épisode 5]

Temps de lecture : 2 min

Sommet de violence froide, «Funny games» est un des films les plus dérangeants de Michael Haneke.

L'été dernier, Slate vous avait proposé un tour de France des films de vacances, de Tati à Podalydès en passant par Rohmer. Cette année, nous avons cassé notre tirelire pour vous offrir un tour du monde en vingt-et-une destinations, autant de films et quelques bons conseils de vacances au passage. Cinquième épisode en Autriche avec Funny games de Michael Haneke (1997).

L'histoire

Un couple et leur fils vont passer leurs vacances dans leur maison de campagne au bord d’un lac. Ils reçoivent la visite de deux amis de leurs voisins, qui se montrent étrangement intrusifs, puis violents. Ils séquestrent la famille et les torturent avec des jeux aussi cruels que vicieux.

Le lieu

Un petit village autrichien dont le nom est tu.

Ce que j’en pense

Sommet de violence froide, Funny games est un des films les plus dérangeants de son réalisateur, ce qui le hisse en bonne place pour être un des films les plus dérangeants qui soient en général. Haneke traite avec génie la psychose qui s’infiltre doucement, pernicieusement derrière la courtoisie des deux jeunes hommes visiblement bien sous tout rapport.

Le jeu psychologique qui se joue ici est autant celui des bourreaux du film sur leurs victimes que celui du réalisateur sur les spectateurs. Il teste notre relation à la violence, notre résistance: nous sommes ses victimes, ses cobayes, si bien qu’après avoir vu Funny Games, on aurait presque envie d’observer d’autres gens le découvrir, comme dans un laboratoire humain.

La réplique qui donne l’ambiance des vacances

«Je ne sais pas à quel jeu vous jouez, mais je sais que je ne vais pas y participer»

Le conseil

Attention, trop de courtoisie peut cacher une névrose psychose. Norman Bates était lui-même d’une bienséance sans faille.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

A.L.

Newsletters

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

Le nouveau film d'Yvan Attal raconte une affaire éprouvante à travers plusieurs points de vue, invitant tous les hommes à réfléchir.

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio